Consolidation de la paix et promotion du développement dans la région des Grands Lacs

23 janv. 2014
Consolidation de la paix et promotion du développement dans la région des Grands Lacs

Résumé

La région des Grands Lacs (RGL) est en proie aux conflits depuis des dizaines d’années, et a connu certaines des pires guerres traversées par le continent africain. Ces conflits trouvent leur origine dans les tensions qui existent depuis longtemps sur les questions d’origines ethniques et des droits des citoyens, qui sont elles-mêmes liées aux revendications sur l’accès aux ressources, notamment foncières, mais aussi minérales ainsi qu’aux autres ressources naturelles.

 

La plupart des initiatives de paix lancées dans la région n’ont pas tenu compte de la complexité du conflit et de ses conséquences, non seulement au niveau national, mais aussi aux niveaux régional et international. La plupart des initiatives ont en outre uniquement dépendu de la volonté des États concernés, négligeant de ce fait la participation des communautés locales au processus de négociation de la paix.

 

En février 2013, les représentants de 11 pays membres de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRCL) se sont réunis en Éthiopie pour signer un accord au terme duquel ils s’engageaient à mettre fin au conflit en RDC. L’accord fournit un cadre pour l’espoir, la stabilité et le progrès pour la RDC et la RGL. Le présent rapport examine les possibilités existantes de ramener la région sur le chemin de la paix, de la stabilité et du développement, au regard de l'immense complexité  du conflit  qui s'y déroule.

À propos du Burundi

  • Les ressources naturelles sont devenues une cause majeure de conflit dans la région : au Burundi, la mauvaise gestion environnementale a conduit à des conflits, les politiques favorisant des groupes particuliers et les politiques n’étant pas élaborées de manière transparente.
  • La région affiche certains des taux de pauvreté les plus élevés au monde. Calculé sur la base de la norme internationale d’1,25 dollar par jour, le seuil de pauvreté au Burundi reste élevé : près de 70 pour cent de la population totale du pays.
  • La pauvreté et le dénuement dans la RGL se reflètent également dans les scores en matière d’IDH (Indice de développement humain). Avec la RDC, le Burundi continue d’avoir des scores très faibles et en 2012, avec un IDH à 0,355, le Burundi était classé au 178eme rang.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe