À propos du PNUD au Burundi

Le Japon établit un partenariat avec le PNUD pour créer des emplois pour les jeunes à risque et promouvoir la cohésion sociale© PNUD Burundi/Patrice Brizard/2016 - Mars 2017, le Japon annonce qu'il apporte une contribution au PNUD pour financer la création d'emplois à haute intensité de main d'oeuvre pour les jeunes à risque et ainsi contribuer à plus de stabilité et de cohésion sociale.

Dès l’ouverture de la coopération avec le Burundi en 1975, le PNUD a apporté son assistance au pays dans divers domaines de développement socio-économiques. Récemment, le PNUD a été très proche du gouvernement et du peuple burundais par l’accompagnement du processus de paix aussi bien interne qu’externe, l’assistance aux communautés de base en vue d’assurer la transition de l’urgence au développement, la mobilisation de la communauté internationale, la coordination de l’aide et l’appui au processus électoral.
Dans un contexte redevenu difficile après les élections de 2015 et la diminution drastique des ressources financières pour le pays, le PNUD poursuit son engagement aux côtés des institutions nationales pour le mieux-être des populations burundaises; et pour maximaliser l'utilisation des ressources de l'Aide en les priorisant par rapport aux défis immenses du pays, et ce en toute transparence.

Qui sont les décideurs ?

La prise de décision au sein du PNUD est guidée par un processus de consultation continue avec le gouvernement et les partenaires au développement du Burundi. L’approche du PNUD vise ainsi une complète appropriation des programmes par les partenaires nationaux, un impact réel et immédiat, et une meilleure coordination des intervenants au niveau institutionnel et communautaire.

Le Représentant résident (RR) est responsable des activités et programmes du PNUD dans le pays. Comme au Burundi, le RR assume également les fonctions de Coordonateur résident, le Directeur pays (DP) est mandaté par le RR pour prendre le leadership du PNUD. Le Directeur pays a deux niveaux de responsabilités, le volet « opérations » et le volet « programmes » qui sont chacun pris en charge par un Directeur adjoint.

Les chefs des unités de programmes sont chargés de superviser et de soutenir les directeurs de projet dans un domaine précis. Les programmes mis en œuvre au niveau national sont dirigés par des coordinateurs de projet, fonctionnaires du gouvernement au sein du ministère concerné, et qui sont appuyés par les directeurs de projet.

Le PNUD œuvre également dans le cadre d'une nouvelle architecture des Nations Unies au Burundi, dite Équipe intégrée de direction du système des Nations Unies ou « Équipe de pays », et placée sous l'autorité du Coordonnateur résident.

Le programme du PNUD au Burundi

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2016

Le programme du PNUD au Burundi s'aligne aux priorités nationales et vise à soutenir les efforts du gouvernement dans l'atteinte des objectifs et cibles du Cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté 2012 - 2016 (CSLP II). Un nouveau plan de développement 2017 - 2019 est en cours de formulation. Le programme du PNUD accompagne le gouvernement pour l'adoption et l'intégration dans tous les secteurs des 17 nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) qui guideront la plitique et le financement du développement pour les 15 prochaines années, en commençant par un engagement historique pour éradiquer la pauvreté.

Le programme du PNUD intègre également les priorités du PNUAD[1] 2017-2018 et du Plan stratégique du PNUD 2014-2017.

 

En 2017, le PNUD met l’accent sur :

  • La diffusion de la stratégie nationale de réintégration et la mobilisation des partenaires pour la mise en œuvre du Plan d’action.
  • L’aide à apporter aux jeunes femmes et hommes pour la création de comités de jeunes capables de travailler, avec les autorités locales, à la gestion et la coordination de la réhabilitation des infrastructures socio-économiques.
  • Le lancement de deux plans provinciaux définissant les priorités économiques locales.
  • Le développement de deux Maisons de la paix et du développement au niveau provincial, afin d’apporter des services techniques aux municipalités.
  • L’octroi de micro-crédits aux plus vulnérables sur l’ensemble du Burundi.
  • L’aide à à la création de petites entreprises et entreprises sociales afin de fournir des emplois d’urgence aux jeunes. Les bénéficiaires de ces activités génératrices de revenus seront ensuite formés pour apprendre comment réinvestir leurs économies. Les revenus des jeunes et d’autres ménages vulnérables affectés par la crise seront ainsi accrus et diversifiés.
  • Améliorer les qualités de leadership des jeunes pour permettre ’engagement communautaire et la coexistence pacifique.
  • Garantir la continuité, la durabilité et l’engagement approfondi des jeunes sur la voie de la cohésion sociale et l’auto-responsabilisation.
  • Promouvoir la fédération de coopératives au sein des groupes vulnérables.
  • Améliorer la préparation et les capacités de réponse du Burundi aux catastrophes en établissant trois centres d’opération d’urgence à Mwaro, Muramvya et Rumonge.
  • Mettre en œuvre le Plan directeur de Bujumbura.

__________________________

[1] Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement ou UNDAF en anglais