Projet Biodiversité 2011-2015

Introduction

 Améliorer l’efficacité du système de gestion des aires protégées pour la conservation de la Biodiversité au Burundi. © PNUD Burundi / Aude Rossignol / 2014 - Améliorer l’efficacité du système de gestion des aires protégées pour la conservation de la biodiversité au Burundi.

 

L’objectif de ce projet était de renforcer la capacité du système d’aires protégées du Burundi (SAPB) afin qu’il soit capable d’exécuter son mandat de conservation de la biodiversité, grâce notamment à l’engagement des parties prenantes.

Le Burundi compte 14 aires protégées réparties dans quatre catégories dont deux parcs nationaux, six réserves naturelles, deux monuments naturels et cinq paysages protégés. Il existe  également des aires protégées communautaires et privées notamment une forêt sacrée et deux arboretums. Dans l’ensemble, les aires protégées du Burundi ont une superficie d’environ 157 923 ha soit 5,6 pour cent du total du territoire national ou 31 pour cent du total des 504 116 ha d’écosystèmes naturels disponibles. À part les trois petites aires privées ou communautaires, les aires protégées appartiennent à l’État et sont sous la gestion de l’Institut national pour l’environnement et la conservation de la nature (INECN), qui dépend du ministère de l’Environnement.

Ce qui a été accompli

Depuis son démarrage, le projet à mené de nombreuses activités liées à la sensibilisation et à la mise en œuvre du système efficace de renforcement de la protection des deux grandes réserves naturelles du Burundi, la Kibira et la Ruvubu.

La sensibilisation a concerné la multiplication de la loi en 4000 exemplaire dont 2000 en Kirundi, la sensibilisation d’un millier de riverains des deux parcs, l’animation d’émissions de sensibilisation sur les chaines de radios et de télévisions ainsi que l’appui à l’élaboration d’une loi nationale sur la biodiversité impliquant toutes les parties prenantes : communautés locales, secteur privé et société civile ainsi que les décideurs.

Des formations ont en outre été conduites à l’intention d’un groupe de 96 personnes émanant du corps judiciaire composé de policiers et magistrats, sur leur mission dans la protection des AP avec l’aide des communautés locales, les gardes forestiers et les responsables des AP. Cette formation a été menée parallèlement à celles destinées à 50 gardes forestiers et 300 membres des comités d’appui sur la gestion participative, à 562 personnes  des différents groupes des parties prenantes sur les bénéfices socio-économiques et écologiques des aires protégées.

Le renforcement du système de gestion efficace et de protection a été assis sur la mise en place de 127 comités d’appui à la gestion participative des aires protégées dont 101 collinaires, 14 communaux et 2 intercommunaux.

La capacité opérationnelle des maillots impliqués dans cette gestion a été revitalisée par la mise à disposition de 6 véhicules tout terrain à la structure chargée de la coordination des activités des aires protégées, l’achat de 103 vélos et 8 motos destinés aux agents des parcs pour assurer une bonne supervision ainsi que la dotation de 11 ordinateurs et deux imprimantes à l’INECN et aux services des parcs.

Pour rendre plus concrète la protection de la biodiversité de la Kibira et de la Ruvubu, 17 patrouilles conjointes entre les gardes forestiers et les militaires ont été effectuées tandis que deux ateliers de sensibilisation à la lutte contre les feux de brousse et le braconnage au parc de la Ruvubu ont été organisés à l’intention des membres des comités, de l’administration locale, la police, les militaires et agents de l’INECN.

Le projet appuie en outre le processus d’élaboration de scénarii de différents systèmes de valorisation pour payer les services des écosystèmes et pour définir une stratégie de génération de revenus alternatifs pour les communautés riveraines.

Financement du projet



D’un coût total de 3 159 090 $US  (trois millions cent cinquante-neuf mille quatre-vingt et dix dollars des États-Unis) ce projet a compté trois grandes sources de financement, à savoir le PNUD, le FEM (Fonds pour l’environnement mondial) et le gouvernement du Burundi.

2011 -2015
Donateur ou bailleur
Montant des donations
PNUD 1 600 000 $US
FEM 859 090 $US
Burundi 700 000 $US

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe