Renforcer les capacités pour la Gestion durable des terres 2009-2013

Renforcement des capacités pour la Gestion durable des terres© PNUD Burundi/Aude Rossignol/2013 - L’exploitation excessive des ressources en bois, le défrichement des forêts à des fins agricoles, la mauvaise exploitation et l’exigüité des terres, la démographie galopante, le surpâturage ainsi les perturbations climatiques sont les principales causes de la dégradation des sols au Burundi.

 

Introduction

L’exploitation excessive des ressources en bois, le défrichement des forêts à des fins agricoles, la mauvaise exploitation  et l’exigüité des terres, la démographie galopante, le surpâturage  ainsi les  perturbations climatiques sont les principales causes  de la dégradation des sols au Burundi.

Cette situation est nourrie par une paupérisation croissante de la population qui assiste impuissamment  à une forte détérioration de ses conditions de vie.  La persistance de cette situation constitue à la fois un frein à la croissance économique et une menace à la sécurité alimentaire. 

Afin de lever ces obstacles au développement, le projet visait à assurer l’intégration de la gestion des terres dans la problématique du développement durable à travers le renforcement des capacités au niveau national et local en vue de freiner et d’atténuer les effets négatifs de la dégradation des sols. Son  objectif clé est de renforcer l’environnement en créant les  conditions favorables à une gestion durable des  terres.

Ce projet met la priorité sur le renforcement des capacités des institutions et des communautés à agir  contre la dégradation des terres en vue de la réduction de la pauvreté.

Ce qui a été accompli

Le projet a significativement aidé le pays dans la production et l’usage de nombreux  outils destinés à renforcer les capacités des institutions et des  communautés, ainsi qu'à favoriser le plaidoyer et  la sensibilisation sur la problématique à l'écjhelon national et des communautés. Il faut notamment citer : l’étude  sur les coûts de l’inaction contre la dégradation des sols, la stratégie nationale et le plan d’action contre la dégradation des sols, et le document de Stratégie nationale d’investissement assorti d’un plan de financement et de mobilisation des ressources.

Grâce également au projet deux  modules de formation ont vu le jour en rapport,  d’une part avec les techniques et les pratiques de gestion durables des sols ; accompagnées de démonstration sur sites, et d’autre part en relation avec  les pratiques forestières, agro forestières et de gestion de l’eau.

Le projet a en outre facilité l’appropriation des outils de bonne gestion des sols par les bénéficiaires et  autres parties prenantes par le biais de plusieurs formations et par la traduction et la vulgarisation des textes juridiques dans les communautés, par la sensibilisation des élus locaux sur la participation communautaire dans :

  1. une gestion durable des terres et l’importance du respect des lois du secteur ;
  2. la formation des communautés in situ  (5 sites-pilotes dans 5 zones écologiques) sur le système intégré de gestion des terres ; ainsi que
  3.  la formation des  décideurs à tous les niveaux sur l’importance des décisions et mesures informées efficaces  et la nécessité d’améliorer la gestion intégrale durable des terres.

Qui a financé ce projet ?



Ce projet, financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), a été  élaboré dans le cadre du portefeuille ciblé des PMA-PEID pour la gestion durable des sols.

2010-2013
Donateur ou bailleur Montant annuel des donations
FEM  475 000 $US


Décaissements
 (Prestations des années précédentes)
Au cours des  quatre dernières années et jusqu’aujourd’hui, le programme a exécuté les dépenses reprises dans le tableau, ci-après :

Novembre 2013

 58 878 $US

Décembre 2012

 145 308,11 $US

Décembre 2011

 121 812,38 $US

Décembre 2010

 86 986,28 $US

Décembre 2009

 46 184,64 $US

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe