Le PNUD et les Nations Unies

M.Paolo Lembo, Coordonnateur résident du Système des Nations Unies et  Représentant résident du PNUD au Burundi.© PNUD Burundi / Patrice Brizard / 2016 - Au Burundi, le Représentant résident du PNUD joue le rôle de Coordonnateur résident des activités opérationnelles du système des Nations Unies. À ce titre, il dirige le groupe de l’ensemble des représentants et chefs d’agences réunis dans une équipe appelée « Équipe intégrée de direction du système des Nations Unies » ou « Équipe de pays ». M. Paolo Lembo a pris ses fonctions au Burundi depuis janvier 2016.

 

Historique du Système des Nations Unies au Burundi

Depuis 2004, l’ONU a installé un bureau au Burundi, étoffé de branches en matière de politique, démocratie, justice, droit de l’homme, genre, militaire, etc. Sa mission était de travailler avec l’ensemble des partenaires, y compris les agences des Nations Unies pour le retour à la paix et notamment, le respect du cessez-le-feu, la sécurisation des élections, le respect des valeurs démocratiques, des droits de l’homme, de la justice pour tous, d’un état de droit et la réforme et le renforcement des corps de défense et de sécurité. Au fur et à mesure du temps, ces missions ont évolué au vu des avancées significatives enregistrées sur les plans social, sécuritaire, politique et du développement.

Le 16 décembre 2010, le  Conseil de sécurité des Nations Unies  a transformé le « Bureau Intégré des Nations Unies au Burundi » (BINUB) en « Bureau des Nations Unies au Burundi » (BNUB). Le nouveau Bureau est dirigé cette fois par un Représentant spécial du Secrétaire général (M. Parfait Onanga-Anyanga 2012-2014), assisté par un Représentant spécial adjoint qui est en même temps Coordonnateur résident des agences du système des Nations Unies au Burundi.

Le transfert de responsabilités du BNUB aux agences, fonds et programmes des Nations Unies, par ailleurs très impliqués dans le processus de transition, atteste que les Nations Unies resteront au Burundi au-delà de 2014. Les institutions onusiennes vont continuer à appuyer les efforts nationaux vers la consolidation de la bonne gouvernance, le renforcement de l’indépendance de la justice, le développement économique et l’appui aux citoyens les plus vulnérables.

Le 13 février 2014, dans sa Résolution 2137, le Conseil de sécurité des Nations Unies a prorogé le mandat du Bureau des Nations Unies au Burundi jusqu'au 31 décembre 2014, date à laquelle son mandat a pris fin, à la demande du gouvernement burundais, après dix ans de présence onusienne dans le pays. Toujours conformément à la résolution 2137 du Conseil de sécurité, la Mission d'observation électorale des Nations Unies au Burundi (MENUB), dirigée par l'Envoyé spécial du Secrétaire général, M. Cassam Uteem, démarre officiellement ses opérations dans le pays le vendredi 1er janvier 2015. Le but de la Mission étant de suivre les élections de 2015 avant, pendant et après.

Les Nations Unies avaient déjà fortement soutenu les deux derniers processus électoraux au Burundi : en 2005, alors que le pays venait de sortir d’une longue période de conflit, l’Opération des Nations Unies au Burundi (ONUB) avait organisé les scrutins, tandis qu’en 2010 l’organisation avait fourni une assistance multiforme. Le Fonds de consolidation de la paix (PBF) avait quant à lui débloqué des fonds pour la production d’un million de cartes d'identité, et le PNUD, en plus de la mobilisation des fonds et de la coordination des fonds mis à disposition par la communauté internationale, a fait partie de différents comités techniques chargés de suivre le processus électoral.

Le mandat de la Mission d’observation électorale des Nations Unies au Burundi s’est achevé le 18 novembre 2015 et la mission a fin à ses activités le 31 décembre 2015. Cette date marque également le transfert des responsabilités appropriées à l'Équipe intégrée de direction du système des Nations Unies ou « Équipe de pays » sous l'autorité du Coordonnateur résident. 

Mécanismes de coordination

La principale fonction du Bureau du coordonnateur est de centraliser les activités des différentes agences de l’ONU travaillant au Burundi pour améliorer l’efficacité et l’impact collectif des activités de terrain. Dans le cadre de sa mission de plaidoyer quotidien en faveur du développement socio-économique du pays, le  Coordonnateur s’appuie régulièrement sur le PNUD pour la mobilisation de partenaires en vue de lever les fonds nécessaires à la mise en œuvre des politiques et programmes de développement.

Les réunions bimensuelles des Chefs d’agences, initiées par le Coordonnateur résident, donnent lieu à des échanges ouverts et constructifs. Elles constituent à la fois le cadre formel pour débattre de toutes les questions inhérentes aux relations inter-agences et un espace de concertation sur les événements économiques et sociaux relatifs à la mise en œuvre des partenariats pour le développement du pays.

Le Bureau du Coordonnateur résident

Paolo LEMBO Coordonnateur résident et Représentant résident
Melina Nathan Conseillère Développement de la Paix
Pascaline Barankeba Analyste à la coordination
Marie Goretti HAKIZIMANA Spécialiste à la Coordination
Yvonne SAHABO Assistante personnelle du Coordonnateur résident
Béatrice Miyontima Assistante financière

 

Les crises qui se sont succédées au Burundi depuis 1993, ont nui aux efforts de développement du pays, même si celui-ci a connu 10 années de gros progrès, entre 2005 et 2015. Mais depuis qu’une nouvelle crise sérieuse a éclaté en 2015, à l’occasion des élections générales et présidentielles, les progrès réalisés sont en train de se perdre ; à tel point que le pays apparaît dans les classements internationaux comme le plus pauvre du monde.

De par sa mission, le PNUD joue ainsi un rôle capital au sein du système onusien pour aider le gouvernement à se doter d’une part des instruments programmatiques d’appoint, comme la Vision Burundi 2025 et les différentes générations du Cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté (CSLP) et pour aider, en outre, le pays à s’inscrire dans les agendas mondiaux comme : la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) qui ont succédé en 2015 aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les Déclarations de Paris et d’Accra, ainsi que le suivi des recommandations des différents fora internationaux sur le développement.

D’autre part, sur le terrain, le PNUD coordonne les projets de réintégration au bénéfice des rapatriés, expulsés, démobilisés, déplacés ainsi que les résidents des communautés rendus vulnérables par le conflit et les troubles qui ont suivi les élections de 2015. La mise œuvre de ces projets demande la participation de plusieurs agences sœurs de l’ONU selon leurs domaines de spécialité. Ces projets visent particulièrement la réhabilitation des populations cibles afin de les réinsérer dans le circuit normal d’évolution socio-économique.

Le PNUD n’est pas le seul partenaire à s’engager dans cette stratégie de solutions durables. En coopération étroite avec le ministère des Droits de la Personne humaine, des Affaires sociales et du Genre,  le bureau du Coordonnateur résident du Système des Nations Unies travaille conjointement avec l’UNHCR et  le PNUD pour s’assurer que les personnes déplacées à l’intérieur du Burundi (PDI)[1], les rapatriés et les communautés hôtes soient suffisamment soutenues pour avoir accès aux services de base (l’eau, l’éducation, la santé, la justice, etc. ) ; et qu’ils puissent se réintégrer harmonieusement dans leurs communautés sur le long terme.

Cet appui multisectoriel vise donc à renforcer les capacités de résilience de ces populations dans les provinces du Burundi les plus touchées.

Aujourd’hui, le PNUD met l’accent sur le renforcement de l’indépendance, des capacités et des cadres juridiques des institutions nationales essentielles, conformément aux normes et principes internationaux, la promotion et la facilitation du dialogue entre les acteurs nationaux ainsi que l’appui aux mécanismes destinés à assurer une large participation des citoyens à la vie politique.

 

_______________________________________

[1] PDI : Personnes déplacées à l’intérieur (du pays) ou IDPs en anglais.

Les agences de l'ONU et Organisations internationales au Burundi