« Le Burundi est en train de vivre un momentum historique »

17 juin 2013

© PNUD Burundi/Aaron-Nsavyimana/2013 - Rodrigo Urquiza, juriste spécialiste du secteur minier, vient de passer une semaine au Burundi pour partager les acquis de l’expérience chilienne en matière d’extraction minière. Rodrigo Urquiza, juriste chilien spécialiste du secteur minier est venu partage,r dans le cadre d’un échange Sud-Sud soutenu par le PNUD, les fondements de la réussite du Chili dans le domaine de l’extraction

Le Chili a pour philosophie de collaborer avec les pays les plus pauvres pour partager son expérience réussie de développement. Je suis venu, en tant qu’expert du secteur minier, partager dans le cadre d’un échange Sud-Sud soutenu par le PNUD les fondements de la réussite du Chili dans le domaine de l’extraction. 

Le Burundi doit commencer par se poser une question essentielle : quel moteur économique veut-il  pour le pays ? Veut-il d’un pays agricole ou d’un pays minier ?

Ce sont des questionnements nationaux dont le Burundi ne doit pas faire l’économie.  Si le pays choisit de devenir un pays minier, il doit tout mettre en oeuvre pour que l’expérience soit positive et profitable à la population.  Actuellement, ce petit pays d’Afrique manque d’expérience dans le domaine de l’extraction minière, il doit s’entourer d’acteurs professionnels  de confiance et prendre le temps de faire les choses dans les règles de l’art. Une première étape consistera en la création d’un  contexte favorable pour attirer les investisseurs les plus fiables. Le gouvernement doit faire venir les compagnies sérieuses qui vont offrir des standards sociaux élevés et la transparence de leurs activités.  Ces entreprises étrangères réalisent leurs plus  gros investissements lors du démarrage de leurs activités et les récupèrent dans le long terme. Elles doivent donc être rassurées sur la stabilité du pays hôte. Pour cela, la sécurité et la stabilité du pays doivent être garanties sur le long terme. Il s’agit également de préciser et de stabiliser les lois, de donner des garanties sur les droits de propriété des concessions minières. 

Le Burundi est en train de vivre un momentum historique, une période cruciale où il lui faut prendre des décisions importantes quant au développement du pays : quel moteur choisir ? Les momentum où se prennent les décisions éclairées finissent par figurer dans les livres d’histoire. Le Burundi est face à un moment de son parcours  économique et social où il doit prendre la juste décision, en tenant compte de ses propres réalités culturelles.

Je conseillerai aux acteurs clé du gouvernement de s’imprégner des dynamiques mondiales en termes d’exploration et d’exploitation minières : de participer aux foires internationales, de découvrir les réalités minières vertueuses et réussies d’autres pays, de tirer le meilleur de ce qui a été réalisé ailleurs.

La formation et le renforcement des compétences sont également incontournables pour développer le secteur minier.  Au Chili, au début de son expérience minière,le pays ne disposait pas nationalement des ressources humaines compétentes pour développer le secteur. Les postes de management et techniques ont donc été occupés par des internationaux. Par la suite, des chiliens ont été formés pour occuper ces postes. Les compagnies ont  offert  beaucoup de possibilités de formation et le gouvernement a ouvert une section universitaire pour développer les compétences utiles dans les mines.

Ces 10 dernières années, de plus en plus de femmes se sont formées dans le secteur minier, y compris  pour la conduite des bulldozers et des machines extractives.  Les femmes font partie du paysage de la mine à tous les niveaux professionnels, c’est un plus en termes d’emploi et d’égalité des sexes.

Le secteur minier artisanal n’a pas été laissé pour compte en termes de formation et les artisans sont très bien formés et encadrés par le gouvernement en matière de protection de l’environnement et de normes de sécurité. Ils ont aussi un marché spécifique encadré pour vendre leurs produits, ce qui permet de garantir les prix.

Si l’industrie minière tend à se développer au Burundi, le choix des entreprises extractives sera alors déterminant dans la protection de l’environnement. Mon conseil au gouvernement burundais est de travailler avec des entreprises socialement et écologiquement responsables, qui ont des standards très élevés reconnus internationalement. Une entreprise de qualité doit rendre régulièrement à ses actionnaires des rapports financiers, sociaux et environnementaux. Cela fait partie des obligations qui incitent ces entreprises à respecter les standards écologiques internationaux, sans compter sur la surveillance de la presse internationale et des organisations écologiques. Une catastrophe environnementale aura un impact négatif sur la réputation d’une entreprise.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe