Le développement local durable : une synergie de tous les acteurs

12 févr. 2014

© PNUD Burundi/Patrice Brizard/2014 - Cristino Pedraza Lopez et Ernestine MOSOZI © PNUD Burundi/Patrice Brizard/2014 - Cristino Pedraza Lopez et Ernestine MOSOZI

Ernestine MOSOZI et Cristino Pedraza Lopez travaillent tous deux à la section programme de réintégration et du développement local du PNUD au Burundi. Ils s’expriment sur le Développement local durable, alors que va se tenir du 17 au 19 février, à Bujumbura, un Atelier international sur le relèvement communautaire et le développement local durable.

Cristino Pedraza Lopez  - « le PNUD Burundi met actuellement la dernière touche à la planification des activités de cette année. Une rencontre rassemblant les protagonistes impliqués dans les projets de réintégration et développement local, y compris les représentants des 13 000 bénéficiaires qui interagissent directement avec le PNUD, a eu lieu le 28 janvier 2014. Cette nouvelle approche, peu habituelle, qui consiste à associer les populations dans la prévision des interventions, vise une large appropriation des programmes et une plus grande synergie de tous les acteurs.

« La programmation annuelle, c’est-à-dire l’ensemble des activités d’un projet, sont l’expression des besoins exprimés par différents participants. Il est juste que la réalisation et la définition des activités à mettre en œuvre, dans le cadre d’un projet, soient faites grâce à la participation des acteurs qui feront partie du déroulement de ses activités. Je voudrais souligner avec insistance que les projets n’appartiennent pas au PNUD. Le PNUD, le programme, sont le cadre de référence dans lequel les différents acteurs travaillent ensemble, dans le but justement de développer un projet qui puisse améliorer la qualité de vie des habitants au Burundi.

Le consensus sur la conduite des projets : un acte de bonne gouvernance

« Il est extrêmement important de mettre autour d’une table les protagonistes des projets et les bénéficiaires finaux de l’action, afin qu’ils puissent témoigner, donner leurs avis sur l’action en cours. Cela nous permet de rectifier le tir et de réorienter nos objectifs pour rendre les services attendus à ces populations. Aussi, notre façon de travailler revêt une grande importance et fait partie de nos objectifs en tant qu’institution qui prône la bonne gouvernance. Celle-ci est la relation formelle, et parfois informelle, entre différentes institutions sur un territoire donné. On y trouve le niveau national, local, les bénéficiaires, les institutions d’encadrement, le PNUD et la société civile qui travaillent dans un même objectif.

Ernestine MOSOZI- « Je trouve cette méthodologie de planification participative très pertinente, dans la mesure où une planification efficace sert à prendre en compte tous les acteurs de la réintégration, d’autant plus que le PNUD est là pour donner un appui à la Stratégie nationale de réintégration ».

« Cette méthodologie est très importante, très enrichissante et cruciale même, car il n’était pas d’usage, les années antérieures, d’associer les deux parties ; les institutions nationales et les bénéficiaires. Je trouve qu’une activité incluant les deux parties, dans une participation tripartite avec le PNUD, est très bénéfique puisque l’identification des besoins est faite par les bénéficiaires eux-mêmes, autant que par la partie nationale appuyée par le PNUD. Cette démarche facilite l’appropriation des projets et la pérennisation des actions qui auraient ou qui ont été démarré avec le concours du PNUD.

« Ce qui m’a le plus frappée c’est de voir lles institutions nationales et les bénéficiaires travailler ensemble dès l’élaboration des plans de travail annuels, de voir les bénéficiaires s’impliquer et proposer des activités qu’ils jugeaient urgentes et pertinentes. Mais surtout c’est de découvrir que la mise en œuvre à l’échelon national de la stratégie de réintégration tient désormais compte de cette part oubliée dans les planifications antérieures. Nous avions une planification des activités, en fonction d’un calendrier de mise en œuvre qui ne se coordonnait pas obligatoirement avec le calendrier dles institutions nationales ou des bénéficiaires.

C’est très important parce que désormais, avec les institutions nationales et les bénéficiaires, le PNUD part d’une situation de référence, issue des expériences et des réalisations ayant abouti l’année précédente, ainsi que des leçons apprises. Cela nous permet de voir clairement la direction où aller et comment y arriver ».

Biographies

Cristino Pedraza Lopez, de nationalité espagnole, est spécialiste des questions du développement et des droits de l’homme. Diplômés d’études supérieures de géographie et d’histoire. Il est également titulaire d’un Master en migration et coopération de l’Union Européenne. Cristino a embrassé sa carrière professionnelle en Colombie en 1998 avec la Coopération espagnole. Ensuite, il a travaillé en Amérique centrale pour des ONG de défense des droits des populations indigènes. À son actif on note sa collaboration active dans la mise en place des réseaux de coopération décentralisée entre l’Europe, l’Amérique Latin et le Maghreb. En septembre 2001, il a commencé à travailler au PNUD en tant que Chargé du bureau de coordination des provinces orientales de Cuba pour la mise en place d’un programme de développement humain au niveau local. En 2006, il a été affecté au Maroc pour y gérer le programme Art Gold (Governance and local Development). À partir ce pays, il a appuyé le démarrage de programmes similaires en Tunisie et au Sénégal. Il est  arrivé au Burundi en décembre 2013 au titre de Chargé du programme réintégration et développement local.

Ernestine Mosozi possède une grande expérience en matière de coordination, de gestion des finances, d'administration, de ressources humaines et logistiques, dans les programmes d’aide humanitaire et de développement, particulièrement dans les contextes de conflits et post- conflits. Une expérience acquise depuis plusieurs années au sein du système des Nations Unies et des Organisations internationales comme CONCERN Worldwide, tant au Burundi qu’en République Démocratique du Congo. Elle maitrise la mise en place des procédures et manuels des organisations et l’élaboration des plans stratégiques des bureaux pays et a participé aux activités de renforcement des capacités et de partenariat tripartite avec les bénéficiaires, les autorités locales et les bailleurs de fonds. Elle est diplômée en Études économiques générales et est actuellement lauréate d'un Masters en Gestion internationale. Elle a pour a ambition de continuer sa lutte contre la pauvreté dans le respect des droits et de la dignité des populations, tout en promouvant leur auto-développement.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe