Coopération décentralisée : tisser des liens entre les pays et leurs communautés

04 avr. 2014

© PNUD Burundi/Aude Rossignol/2014 - rassembler les efforts des acteurs de développement sur un même territoire pour agir à la fois sur le développement et la gouvernance  locale. C’est au niveau local que le développement fait la différence et par conséquent,  que les solutions devraient y être identifiées et mises en œuvre. Les autorités locales, la société civile et le secteur privé sont fondamentaux dans l’élaboration des processus de développement territorial. © PNUD Burundi/Aude Rossignol/2014 - Ferran Perez consultant pour l’Initiative "ART" du PNUD en pleine conversation avec des acteurs locaux et de bénéficiaires. C’est au niveau local que le développement fait la différence et par conséquent, que les solutions devraient y être identifiées et mises en œuvre. Les autorités locales, la société civile et le secteur privé sont fondamentaux dans l’élaboration des processus de développement territorial.

Le Burundi est à la croisée des chemins : sorti d’une période de relèvement communautaire post conflit, le pays est engagé, avec ses partenaires, sur la voie du développement à long terme. Dans ce cadre, le PNUD et le gouvernement du Burundi préparent un nouveau programme au service du développement local. L’institution onusienne a fait appel  à l’expertise de l’initiative ART pour élaborer cette nouvelle étape de coopération. 

 L’initiative ART est née au sein du PNUD il y a dix ans. Elle s’est construite initialement sur un réseau d’agences des Nations Unies et d’acteurs de développement qui se sont mis ensemble pour travailler l’approche territoriale et « multi-pays » en Amérique Centrale, dans un contexte de reconstruction de la paix et de développement local.  C’est un peu le même challenge auquel fait face le Burundi !

À partir du programme initié en Amérique Centrale, une foule de petites initiatives se sont créées sur base de l’approche territoriale développée par le PNUD. Ceci a eu le mérite de rassembler les efforts des acteurs de développement sur un même territoire. Ces initiatives sont implantées actuellement au sein de 22 programmes pays. Maintenant il s’agit de capitaliser l’approche méthodologique et les outils, notamment pour former la nouvelle stratégie intégrée de gouvernance et de développement  locale du PNUD. 

Les principales missions de l’initiative ART
Art est un programme bipolaire ancré au bureau des politiques et à celui des partenariats du PNUD : il agit à la fois sur le développement et la gouvernance  locale mais il contribue également à l’établissement de partenariats et la création de réseaux. Ces deux dimensions permettent  à ART de soutenir le travail des bureaux pays du PNUD pour encourager l'approche territoriale et renforcer les réseaux  d’associations, d’universités, de la société civile actifs dans la gouvernance afin de mettre en commun leurs compétences. 

Les acteurs locaux sont en effet de plus en plus importants dans les trois tendances de développement internationales du moment, « post 2015 », « Rio+20 » et le « partenariat mondial ». Ces échanges internationaux tiennent compte de l’importance de la relocalisation du débat pour permettre aux futures politiques et stratégies de développement de fonctionner. Le PNUD, à travers l’initiative ART, promeut au niveau international l’importance de la relocalisation de l’agenda post 2015.

L’initiative ART a trois objectifs pour atteindre sa mission : Influencer l’agenda politique international  pour que le niveau local soit pris en compte, localiser ces politiques internationales et ces réseaux dans l’objectif d’avoir un réel impact sur le terrain, ramener les préoccupations du terrain dans les discussions politiques internationales.

Les réseaux de partenaires et la coopération décentralisée
ART-PNUD estime que des territoires habilités sont le point de départ d’un développement humain durable. C’est au niveau local que le développement fait la différence et par conséquent,  que les solutions devraient y être identifiées et mises en œuvre. Les autorités locales, la société civile et le secteur privé sont fondamentaux dans l’élaboration des processus de développement territorial.

ART-PNUD facilite un dialogue structuré entre les territoires et leurs communautés– du Sud-Sud au Sud-Nordcomme  nouveau paradigme de coopération au développement. Il s’agit de se baser sur des relations horizontales entre partenaires au lieu de l’approche traditionnelle classique Donateur-Bénéficiaire. Cette modalité innovatrice de coopération lie les pays à leurs communautés. Elle leur permet de travailler ensemble et de partager les expériences sur les questions d'intérêt commun, tels que la santé, l'éducation, l'emploi des jeunes, les droits des citoyens, l'environnement et la migration.

Le PNUD reconnaît le rôle stratégique de la Coopération décentralisée (CD) et a conçu l'Initiative ART en tant que point d'entrée pour les acteurs de la CD qui souhaitent travailler de concert à l'appui des politiques de développement national et local.  ART conçoit la CD dans un sens large et inclusif, où les autorités locales, les organisations de la société civile, le secteur privé et le milieu académique travaillent de concert avec leurs homologues dans d'autres pays pour faire progresser le développement humain durable. La CD a démontré  être  une modalité efficace facilitant  l’échange d’innovation technique, technologique et managériale, et constitue aussi une ressource avec un potentiel d’appréciation par la coopération internationale.

Les perspectives d’appui de ART-PNUD au Burundi

 C’est une évidence pour tous les acteurs du développement : les challenges de développement au Burundi sont énormes. Le Burundi est à la croisée des chemins : le pays sort d’une période post-conflit et rentre dans une dynamique de développement et de gouvernance locaux à long terme. Les méthodologies des projets de développement doivent donc  être adaptées. 

Dans ce contexte, l’avantage d’une approche territoriale est de concentrer, de stimuler le potentiel existant sur le terrain, afin de créer des dynamiques propres aux territoires et basées sur des potentiels endogènes au niveau local. 

Les défis ne sont pas nouveaux : il s’agit de renforcer les capacités des acteurs locaux, le degrés d’institutionnalisation, la fragmentation de la coopération au développement, et d’apaiser les tensions pré électorales.

L’approche territoriale constitue un défi pour notre institution : le bureau du PNUD Burundi va devoir passer d’une approche de type projet à la mise en oeuvre d’une approche territoriale intégrée. Mais le challenge en vaut la peine ; si une certaine dynamique territoriale voit le jour, les résultats pourront être visibles assez rapidement. Dans cette perspective, le PNUD occupe une place unique pour rassembler les acteurs de développement et les inviter à travailler dans un pacte au service du développement local.

L’expérience spécifique de ART utilise l’approche territoriale comme une méthodologie pour soutenir la phase de transition de la réintégration communautaire vers le développement local. Ce changement est orchestré par les citoyens responsables à travers une approche territoriale pour promouvoir la cohésion sociale et le développement à long terme.  Dans ce sens, nous mettons à la disposition du bureau du PNUD Burundi et de ses partenaires, différents outils méthodologiques acquis de l’expérience de ART dans les pays où il a travaillé. Ajustés à la réalité locale, ces outils permettront de soutenir l’agenda de développement du gouvernement du Burundi. Nous sommes également présents pour mobiliser  des partenaires qui ont l’expérience de travailler au niveau provincial pour construire des partenariats solides et renforcer les capacités des acteurs de terrain.

Nous avons pu constater que si au niveau local et communal des plans de développement sont imaginés, seulement 5 pour cent sont mis en œuvre dans le cas du Burundi ! Dans le cadre des discussions post Busan[1], dans un pays comme le Burundi où 70 pour cent du budget de l’État est financé par des acteurs extérieurs, l’harmonisation et l’alignement de des partenaires au niveau local dans une approche territoriale est cruciale. L’efficacité du développement et de la coopération au niveau local  doit être fortement améliorée, sous la guidance des autorités et de la société civile, qui sont les entités qui renforcent la transparence et la redevabilité des acteurs.

Le rôle des communautés locales dans le processus de développement territorial
L’implication des populations à la base est la clé du développement local. Nous devons travailler à la fois à partir du sommet de la nation et avec la base. Il s’agit de créer des mécanismes qui permettent aux populations d’être entendues dans la mise en oeuvre du développement territorial. Cependant, la mission de ART n’est pas d’agir au niveau des villages car ce n’est tout simplement pas réaliste en termes de ressources et de capacités ! Mais nous travaillons avec d’autres programmes et institutions qui collaborent  avec les populations locales.

Pour ART, il est primordial de créer une plateforme qui inclut tous les acteurs de manière constante  et qui sera un organe récepteur pour toute initiative de développement concernant le territoire.  Si vous avez la cohérence, l’alignement et une pensée stratégique, vous construisez la confiance et une vision à long terme du territoire !

Des pays comme le Brésil et la Colombie, où les expériences de développement local ont particulièrement bien fonctionné, souhaitent partager leurs expériences. Nous essayons de créer des plateformes Sud-Sud où les initiatives de développement local peuvent être échangées. Mais il arrive souvent que des pratiques ayant fonctionné dans un pays ne soient pas transposables d’un pays à l’autre, le concept de décentralisation en lui-même n’est pas universel. C’est la responsabilité des nations de filtrer les expériences et de s’inspirer d’actions qui pourraient être appliquées sur leur propre territoire. Notre institution a ici un rôle clé à jouer : le PNUD pourrait devenir cette plateforme internationale où les meilleures expériences de développement territorial sont échangées et valorisées.

_________________________
[1] Le Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement est un accord multilatéral issu du 4e Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide (FHN4), 29 novembre au 1er décembre 2011 à Busan, République de Corée, convenu par les organisations de la société civile, les gouvernements partenaires, les donateurs traditionnels, les coopérateurs Sud-Sud, les BRICS, et les bailleurs de fonds privés.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe