L’urgence d’offrir un accompagnement et des repères à la jeunesse

04 sept. 2014

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2014 - Antoine Niragira © PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2014 - « Sans repères ni accompagnement, certains jeunes peuvent être amenés à jouer un rôle néfaste dans la société », affirme Antoine.

Le gouvernement du Burundi et le PNUD ont lancé un programme de volontariat des jeunes afin de faire de cette initiative une force active du développement et de soutien aux efforts de paix. Antoine Niragira, 22 ans, témoigne de son dévouement à la mobilisation des jeunes dans la province de Ngozi.

« Membre du comité exécutif du Réseau des jeunes en action pour la paix (REJA), j’ai été choisi parmi les jeunes leaders invités pour réfléchir sur la mise en place du programme national de volontariat des jeunes. Ce réseau est un atout pour ceux qui s’engagent à travailler pour leur propre développement d’abord, et pour le pays ensuite. Dans le cadre du volontariat des jeunes, ces derniers apprendrons beaucoup de choses  constructives, comme compter d’abord sur leurs propres forces.

« J’entends le volontariat  comme toute activité menée bénévolement par les jeunes, comme une action qui contribue au développement du pays et à la consolidation de la paix. C’est pour cette raison, en tant que jeune leader,  que je  salue cette initiative du gouvernement et de ses partenaires. Elle répond à notre préoccupation qui est de rassembler les jeunes quotidiennement autour d’actions qui les conduisent à participer au développement. Ce programme permettra aux jeunes de prendre conscience des dangers de la consommation de stupéfiants, du banditisme et autres maux sociaux inhérents au désœuvrement.  Nous voulons ainsi éviter le pire et conduire notre pays vers un avenir meilleur.

« Sans repères ni accompagnement, certains jeunes peuvent être amenés à jouer un rôle néfaste dans la société. En effet, abandonnés à eux-mêmes dans la situation actuelle du pays où le chômage et la pauvreté prédominent, certains jeunes alimentent l’exode rural. Croyant trouver en ville une vie meilleure, loin de leur colline d’origine, ils se retrouvent face à une réalité bien différente à leur arrivée en milieu urbain. Ils se retrouvent confrontés à d’épineux problèmes de survie. Seuls, quelques rares chanceux  décrochent un petit métier. Fragilisés par la précarité de leur situation,  ils deviennent des pions, faciles à manipuler, notamment par certains politiciens, d’où les problèmes de gestion des jeunes dans les villes.

« Au lieu de passer des heures et des journées entières à errer dans la rue, à s’exiler dans les villes et les grands centres urbains, je les invite à se serrer les coudes en se regroupant dans des associations de développement. Ils peuvent ainsi, si besoin de manière bénévole, se mettre au service du développement de leur communauté.

« J’adresse un message particulier aux parents qui ont une grande responsabilité et peuvent contribuer de manière importante à  garantir l’avenir de leurs enfants. L’éducation familiale de base joue ici un grand rôle, car elle dessine pour une grande part le destin des adolescents et futurs adultes. Un enfant à qui on inculque l’amour du travail, l’esprit d’entreprenariat ou que l’on éduque à être utile à la société, dès son plus jeune âge, n’aura pas de problèmes pour construire l'avenir de son pays. C’est parce qu’on lui aura inoculé, en quelque sorte, les germes de la citoyenneté et du patriotisme. C’est pour cela qu’il  faut éduquer les jeunes pour qu’ils s’approprient les responsabilités, au niveau de leur communauté.

« Grâce aux programmes de développement que le Gouvernement et ses partenaires soutiennent et exécutent, il est possible d'aider la jeunesse rurale en l’intégrant à la mise œuvre des programmes et projets. Ils doivent les appuyer pour qu’ils pilotent eux-mêmes les initiatives qui les feront sortir du cercle de la pauvreté dans lequel ils sont aujourd’hui enfermés ».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe