Une réintégration des communautés couronnée de succès à Bubanza

16 oct. 2014

Une réintégration des communautés couronnée de succès à Bubanza © PNUD Burundi / Aude Rossignol / 2014 - Au Burundi, face à l’urgence de créer des alternatives économiques viables pour les familles marginalisées, le PNUD développe des projets de création d’emplois. Dans le cadre de l’un de ces projets de réintégration des populations à Bubanza, le PNUD travaille en partenariat avec l’association TWITEZIMBERE, qui se charge de l’accompagnement régulier des bénéficaires.

Dans le cadre de l’un de ses projets de réintégration des populations à Bubanza, le PNUD travaille en partenariat avec l’association TWITEZIMBERE, qui se charge de l’accompagnement régulier des bénéficaires. M. Ladislas Kabwa, son Directeur technique partage sa vision de l’évolution du projet et de la lutte contre la pauvreté au Burundi.

« Le Burundi est compté parmi les pays les plus pauvres du monde. 67 pour cent de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté défini par les Nations Unies en 2007.

« L'économie burundaise repose en partie sur le secteur primaire, surtout agricole, dont la contribution au Produit intérieur brut (PIB) s’établit en moyenne à 33,7 pour cent. L’agriculture est majoritairement rurale et, pratiquée sur des petites exploitations agricoles. Elle emploie plus de 90 pour cent de la population active. Pour les familles les plus pauvres, posséder un terrain et en vivre relève de l’utopie. Face à l’urgence de créer des alternatives économiques viables pour les familles marginalisées, nous collaborons avec le PNUD pour développer des projets de création d’emplois.

« Le projet a démarré à Bubanza en 2012. Les participants directs sont au nombre de 620. Nous estimons que les bénéficiaires indirects sont entre 2380 et 4340 personnes, si l’on compte une moyenne de 7 individus par famille. La communauté de Nyenkarange, en commune Rugazi, a pris part à l’initiative de lutte contre la pauvreté.

« Cette localité a été fort secouée par la guerre civile qu’a connu le Burundi, car elle se trouvait dans une des zones d’action des rebelles. Par ailleurs, elle se situe très loin des points d’approvisionnent en intrants de production. Mais cette communauté est déterminée à se développer et est consciente qu’une personne ne peut s’en sortir seule. Aujourd’hui, grâce à l’épargne des bénéficiaires et l’appui du PNUD, ils ont pu se réunir en association d’agriculteurs depuis deux ans. Le succès de cette initiative a permis d'écarter des problèmes comme la scolarité des enfants et les soins de santé .

« Dans la zone d’intervention du PNUD et de Twintezimbere, plusieurs associations ont vu le jour, créées par les bénéficiaires eux-mêmes. Parmis celles-ci, on relève des groupements de maraîchers, des commerçants d’huile de palme etc.

« Le projet a débuté avec la réhabilitation de pistes, la fabrication des briques cuites et le traçage des coupe-feu. Les bénéficiaires ont perçu un salaire qui leur a permis de constituer une épargne.

« Notre intervention à Bubanza a fait face à un entrave majeure lié aux dissensions présentes au sein des communautés bénéficiaires. En effet,  les communautés cible du projet sont composées d’anciens combattants, de déplacés, de rapatriés et des communautés d’accueil. Nous avons dû organiser des séances d’animation en marge des travaux. C’est la notion de résolution pacifique des conflits qui a permis d’écarter la méfiance qui régnait dans les communautés. Nous avons aussi travaillé à l’unité du groupe en leur donnant des objectifs commun et objectivables, comme par exemple le traçage d’une piste d’un kilomètre.

« Toutefois, des atouts importants intrinsèques aux communautés nous ont aidés pour la réussite du projet. L’administration locale et la population elle-même, se sont toujours montrées enthousiastes pour travailler avec TWITEZIMBERE. Et ce facteur a constitué un bon levier pour la réussite de ce projet de réintégration.

Une approche multidimensionnelle contre la pauvreté

« La pauvreté au Burundi est multiforme. Une approche multidimensionnelle doit  donc être privilégiée.  Le non-accès aux besoins élémentaires vient notamment de  l’ignorance. Plus de 90 pour cent de la population burundaise est analphabète et rate des opportunités de développement économique par manque de formation. Pour résoudre le problème de pauvreté au Burundi, il faut une vision nationale, une politique d’emploi et d’éducation claire et qui passe du niveau politique au niveau des activités de terrain.

« Je reste cependant optimiste et attire l’attention sur les atouts que présente pour le Burundi la sortie de la pauvreté. Le pays est petit de par sa superficie, une seule langue est parlée et facilite la communication, les ressources hydrauliques sont nombreuses... Une bonne organisation du pays  et une formation de la population burundaise laborieuse constituent un remède efficace face à la pauvreté.

« Le projet de réintégration des communautés de Bubanza touche à sa fin. Le prestataire de service TWITEZIMBERE  ainsi que le PNUD ont passé le gouvernail aux communautés bénéficiaires qui ont à présent toutes les cartes en main pour s’émanciper de la misère ».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe