L'entraide est le seul moyen d'éradiquer la pauvreté

17 oct. 2014

L'entraide est le seul moyen d'éradiquer la pauvreté © PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2014 - Eugène NIRERA œuvre au sein de CONSEDI pour aider des producteurs non agricoles à se constituer en organisations puis à apprendre comment organiser et gérer leur association de production.

« Conseil pour le développement intégré (CONSEDI) est une ONG qui intervient pour encadrer et appuyer des organisations de producteurs dans quatre domaines principaux : la sécurité alimentaire, l’entrepreneuriat local, le développement communautaire et la cohésion sociale. Dans ce cadre, notre mission au Burundi est de contribuer à l’éradication de la pauvreté sous toutes ses formes. Pour la combattre, il est indispensable de diversifier les sources de revenu des personnes vulnérables par des activités génératrices de revenus, agricoles ou non agricoles et nous sommes épaulés dans nos actions par différentes organisations partenaires, comme le PNUD qui a fait appel à notre expertise pour venir en aide aux populations vulnérables. Le CONSEDI a ainsi joué le rôle de pont entre le PNUD et les populations bénéficiaires des projets mis en œuvre.

« Les communautés ne peuvent arriver seules à mener à bien leurs projets. Il est important de leur apporter un soutien et une aide, même si parfois des difficultés se font jour de la part des communautés, comme leur refus de s’associer ou de travailler ensemble. Cela est dû à un manque de confiance mutuelle et à une absence de renforcement des capacités des personnes. Celles-ci peuvent vouloir s’associer mais bien souvent elles ne savent pas comment organiser et gérer une association. C’est là que nous intervenons pour les aider et les sensibiliser. Nous considérons aujourd’hui avoir atteint notre objectif initial  de création de 48 organisations de producteurs (OP) non agricoles.

« Si CONSEDI investit principalement dans des organisations de production du secteur non agricole, cela ne l’empêche pas d’investir dans des associations, à base non agricole, qui voudraient exercer une activité agricole comme source de revenus. Parmi nos interventions, les projets de soudure et de vente de fruits ont une particularité, car ils rentrent dans le cadre de l’appui à la réintégration socio-économique des populations affectées par le conflit. Il s’agit de regrouper des personnes d’horizons divers, toutes ethnies confondues. Ces  projets  ont donc la particularité de favoriser la cohésion sociale en plus de lutter contre la pauvreté.  En effet, on ne peut pas parler de développement là où il n’y a pas la paix.

« Une personne démunie, vulnérable, est une personne en position de dépendance. Elle n’a ni accès à une alimentation de qualité, ni à un logement, ni à l’habillement, ni à ses droits les plus élémentaires. D’ici 2015, CONSEDI prévoie que les populations vulnérables de la zone d’intervention bénéficieront d’une alimentation améliorée grâce à des intrants agricoles et d’élevage de qualité améliorée. La mise à disposition de ces intrants agricoles et d’élevage, sensibilise et renforce la communauté dans le processus de production durable (techniques culturales, conservation, commercialisation, nutrition, gestion des eaux et du sol, techniques de production de la fumure organique). L’appui de l’administration locale et des services décentralisés de l’État est également un élément moteur et nous travaillons dans le domaine agricole avec des agronomes communaux et d’autres organismes de l’État.

Renforcer les capacités des communautés leur permet de participer pleinement aux activités de développement, à la diversification des sources de revenus des populations, à la réduction et à la meilleure gestion des conflits sociaux. Le fait d’avoir la capacité d’innover permet également aux personnes vulnérables de diversifier leurs tâches, de progresser et de lutter pour faire avancer leurs projets. Pour assurer la durabilité et l’efficacité de son action, CONCEDI, prévoit à l’avenir d’appuyer les communautés dans la promotion des filières de production promues : pomme de terre, maracuja et cultures maraîchères.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe