À Mageni : les communautés s’engagent pour l’environnement

30 nov. 2015

À Mageni : les communautés s’engagent pour l’environnement © PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2015 - « Les habitants de Mageni sont venus me voir à Muyinga pour me demander de les appuyer pour mobiliser les communautés autour d’activités protectrices de l’environnement et génératrices de revenus qui respectent le parc et les alentours de la rivière Ruvubu. Le projet m’a séduit », explique Wenceslas Mpamira, président de l’Association pour la sauvegarde environnementale « Dukingire Ibidukikije ».

Muyinga – « Lors de la création du parc national de la Ruvubu en 1988, le gouvernement a déplacé plusieurs ménages vivant à l’intérieur de cette zone protégée, mais ne leur a accordé en  compensation qu’une indemnisation dérisoire. Pour survivre, ces familles expropriées ont donc continué d’exploiter cette aire protégée, ainsi que les marécages de la rivière Ruvubu qui la bordent, se mettant ainsi hors la loi. Plusieurs contrevenants ont alors dû  fuir vers la Tanzanie pour ne pas payer les amendes.

« En 2010, en guise de solution au problème, les déplacés vivant sur la colline Mageni en commune de Muyinga ont créé une structure de conservation constituée des deux entités. Une délégation de cinq personnes  des habitants de Mageni est alors venue me voir à Muyinga pour me demander de les appuyer dans leur action de mobilisation des communautés autour d’activités protectrices de l’environnement et génératrices de revenus qui respectent le parc et les alentours de la rivière Ruvubu.

« Le projet m’a séduit et j’ai aidé ce comité d’initiative à créer, en partenariat avec le projet Bassin du Nil, une cellule environnementale, comme j’ai déjà eu l’occasion de le faire sur trois autres sites de la province, à Buhinyuza, Ntobwe et Kagano. Après quelques réunions de sensibilisation, un groupement de 300 personnes est né, avec pour objectif d’installer une ceinture verte de 10 km. Celle-ci devra servir à la protection des alentours et des marécages bordant la rivière Ruvubu, ainsi qu’à la mise en place de boisements domaniaux et privés qui minimiseront la coupe de bois de chauffe dans le parc. Ce projet a bénéficié de l’appui financier du PNUD et du FEM pour un montant de 49 983 dollars.

« Pour bannir la coupe de bois dans le parc, la création d’une pépinière de 400 000 plants  a permis d’installer un boisement communal de 160 hectares et de distribuer plus de 80 000 plants forestiers aux personnes privées. D’autres  pépinières ont été mises en place afin de fournir des plants aux églises, aux écoles et aux plantations privées. De même, pour minimiser la consommation excessive de bois de chauffe, 600 foyers améliorés en terre cuite ont aussi été fabriqués, qui réduisent d’un tiers la quantité de bois utilisé. Ils ont été distribués à 300  ménages qui ont parallèlement suivi plusieurs séances de sensibilisation à la protection de l’environnement et de la biodiversité du parc national de la Ruvubu. Les premiers résultats sont déjà là : des espèces d’oiseaux et d’animaux qui avaient dû fuir leur environnement dégradé reviennent en masse, et l’on peut à nouveau observer des hippopotames et des troupeaux de buffles. Les riverains du parc, sont également plus conscients de la nécessité de protéger leur environnement ; désormais, ils n’attendent plus les sollicitations de l’administration du parc pour se mobiliser, comme par exemple quand des départs de feu sont signalé, dans le parc.

« Parallèlement aux pépinières, 300 chèvres et 5 boucs de race améliorée ont été distribués à ces communautés précaires. Cet apport en bétail a permis à la fois aux communautés d’obtenir un apport en fumier organique, nécessaire à l’augmentation de la production agricole, tout en augmentant leurs revenus. Au-delà de l’enrichissement des sols par le fumier, des courbes de niveau ont été tracées afin de permettre la rétention de l’eau et de lutter contre l’érosion des sols qui sinon impactent grandement la production agricole. L’amélioration des revenus générés a permis aux familles bénéficiaires de remettre leurs enfants dans le circuit scolaire qu’ils avaient du abandonner faute de moyens pour poursuivre leurs études.

«  Aujourd’hui, je me réjouis de l’effet  positif produit par cette initiative. Un vrai partenariat s’est créé  avec les services de la Direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage (DPA), l’Office burundais de la protection de l’environnement (OBPE) et le responsable provincial des forêts qui tous participent à l’encadrement de la population environnante.

« Afin de pérenniser les acquis du projet,  je plaide aussi pour que d’autres bailleurs investissent dans cette région retirée aux confins de  la Ruvubu où les communautés locales ont notamment pour projet de créer des attractions touristiques. À Mageni, les habitants veulent plutôt développer l’élevage bovin et s’autonomiser en créant des pépinières locales sans avoir à attendre l’intervention des bailleurs. À terme ils ont la volonté de fédérer les 15 cellules environnementales déjà créées dans la région et d’initier pour l’avenir un système d’assurance maladie commun ».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe