Claver, du scoutisme au Volontariat des Nations Unies

Claver Kazobavamwo, est volontaire à l’UNICEF
© UNICEF Burundi / 2014 - Claver Kazobavamwo, est volontaire à l’UNICEF. Il forme des jeunes volontaires, comme ici des jeunes de la CEAL (Commission épiscopale pour l’apostolat des laics), à l’utilisation de U Report un nouvel outil de communication qui permet aux jeunes volontaires de collecter et rapporter par SMS les défis observés dans leurs communautés.


Le 5 décembre a lieu partout dans le monde la Journée internationale du volontariat (JIV). Au Burundi comme ailleurs dans le monde, des femmes et des hommes courageux se mettent au service des autres pour mener des actions humanitaires et des activités de développement. C’est leur engagement qui est ainsi célébré chaque année le 5 décembre. Claver Kazobavamwo, jeune Burundais de 37 ans, est l’un de ces volontaires.

« Mon engagement dans le volontariat  a pris naissance dans le mouvement Scouts, lorsque j’étais plus jeune. Aujourd’hui je peux dire que Je suis volontaire depuis 25 ans », raconte Claver. « Récemment, je me suis porté candidat au Volontariat des Nations Unies, car je voulais acquérir une expérience internationale, tout en participant activement au développement de mon pays». Claver est ainsi devenu volontaire national à l’UNICEF en février 2014, sur la base des ses expériences et acquis antérieurs dans le scoutisme.

Dans le cadre du projet « U report » de l’UNICEF, Claver est ainsi plus particulièrement chargé du recrutement et de la formation de jeunes « reporters ». Il leur explique que leur tâche principale est de « rapporter les défis de leurs communautés ». Sous l’impulsion du volontariat de Claver, l’effectif total de ces jeunes volontaires est passé de 3000 à 15 000 reporters. « Je suis satisfait de mon travail », déclare-t-il.

À retenir

  • Le 5 décembre, partout dans le monde on célèbre la Journée internationale du volontariat (JIV).
  • Claver fait du volontariat depuis 25 ans, d'abord comme jeune scout et plus récemment comme volontaire national des Nations Unies. Il est volontaire à l'UNICEF.
  • Claver est plus particulièrement chargé du recrutement et de la formation de jeunes « reporters » dans le cadre du projet « U Report ». Il leur explique comment « rapporter les défis de leurs communautés ».
  • Depuis qu'il est volontaire à l'UNICEF, Claver a fait passer le nombre de jeunes reporters de 3000 à 15 000.

Se basant sur son expérience de  volontaire à l’UNICEF, Claver considère également que le volontariat est un système d’appui aux actions du personnel des agences des Nations Unies. « En tant que volontaire, en plus des charges de mon poste, je suis associé aux autres activités de développement de l’agence, comme l’animation des jeunes sur des thématiques comme la résolution pacifique des conflits, la consolidation de la paix etc. ».

Parmi les défis auxquels sont confrontés les volontaires, Claver identifie l’incompréhension des actions des volontaires dans les milieux où ils exercent leurs activités. « Le volontariat devrait être promu dans les institutions », énonce Claver « d’autant plus que les actions des volontaires enregistrent des résultats satisfaisant », justifie-t-il.

Le volontariat, une opportunité dont les jeunes devraient profiter

« L’expérience acquise, la satisfaction de contribuer au développement de mon pays, sont des retombées positives de mon volontariat à l’UNICEF », confie Claver avec fierté. « De plus, j’acquière un savoir-faire des organisations onusiennes. Désormais, je me sens prêt à me lancer dans le volontariat international et agir pour le développement d’autres pays », énonce Claver.

Les jeunes devraient s’engager dans le volontariat parce que l’État, la société civile n’ont pas les moyens de fournir un emploi à tous. Le Volontariat au sein des Nations Unies devient ainsi un moyen temporaire d’acquérir ou de mettre au service du développement ses compétences, son expérience. « Quand on est volontaire, on évolue bien », affirme Claver qui souligne que les jeunes possèdent la clé du développement de leur communauté. « Mettez-vous ensemble pour mener des activités qui développent vos communautés », interpelle-t-il les jeunes.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe