Nos histoires

  • Gabriel aide à sensibiliser 300 familles de sa circonscription pour qu’elles adhèrent au projet de conservation et de protection de la biodiversité de la rivière Ruvubu.

  • Consolate accorde une importance primordiale à la préservation de l’environnement. Elle a choisi un arbuste aux propriétés curatives pour matérialiser son engagement et celui de sa communauté. La culture batwa leur enseigne dès le plus jeune âge la connaissance des plantes médicinales.

  • Au Burundi, plus de 90 pour cent de la population tire ses moyens de subsistance de l’agriculture. Avec un territoire de 28,000 km² et un nombre d’habitants dépassant les 9 millions, la pression démographique sur les terres est extrême.

  • Le Burundi dépend à 95 pour cent du bois pour le chauffage et la cuisson. Cela signifie que chaque année 64 km² de forêt partent en fumée. À ce rythme, le pays sera complétement déforesté d’ici 30 ans !

  • Lutter contre l'érosion pour en finir avec la dégradation des sols

    Grâce aux apports de l’Association pour la protection des ressources naturelles pour le bien-être de la population au Burundi (APRN/BEPB), l’agriculture de la colline Rabiro, en commune Mutumba, province Karusi, renaît après des années de disettes dues à la dégradation des sols causée par l’érosion.

  • Les foyers améliorés pour économiser le bois de chauffage  et lutter contre le déboisement des collines

    Les foyers améliorés permettent de réduire de moitié la consommation de bois de chauffage utilisé par chaque ménage pour la cuisson des aliments. Leur généralisation à chaque foyer contribue fortement à la lutte contre le déboisement.

  • Avec le soutien du PNUD, le gouvernement mène un programme de reconstruction communautaire pour inciter les différents groupes sociaux affectés par le conflit (vulnérables, rapatriés et ex-combattants) à œuvrer ensemble sur des projets d’intérêt commun.

  • Transformer la corne de vache pour créer de nouveaux débouchés

    Vingt-cinq bénéficiaires de la province de Makamba ont reçu une formation sur la transformation de la corne de vache en bijoux et ustensiles ménagers.

  • Le Groupement pré-coopératif (GPC) Girumwete Dukore « Redoublons d’efforts pour travailler » est spécialisé dans l’appui et la promotion des associations et coopératives. Un encadrement qui a porté ses fruits.

  • Combattre la pauvreté est l'affaire de tous

    Régine Barakamfitiye, jeune femme de 38 ans mère de deux enfants, est une ex-combattante qui vit sur la commune d’Isare, dans la province Bujumbura rural. Elle est membre de l’association « Dusubize hamwe twibagire ivyabaye » qui qui vient en aide aux plus démunis, compte aujourd’hui 17 membres, tous bénéficiaires du projet.

  • L’événement #GivingTuesday est célébré partout dans le monde ! Au Burundi, plusieurs activités sont au programme. La plus conséquente est une collecte de sang qui s’est tenue pour le personnel des Nations Unies, en collaboration avec le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) du Burundi.

  • Jean-Marie a 43 ans. Il a passé de longues années en dehors des frontières de son pays, exilé en Tanzanie. A son retour au Burundi, il a été ciblé par le PNUD selon des critères de vulnérabilité pour participer au programme de création d’emploi. Jean Marie a finalement pu ouvrir un salon de coiffure et créer son propre emploi.

  • L'approche 3x6, créée par le PNUD, permet de redynamiser l’économie locale et communautaire par la création d’emplois temporaires et d’opportunités économiques au bénéfice des des ex-combattants et autres populations affectés par le conflit au Burundi.

  • De l’aide financière au renforcement des capacités

    L’association d’agriculteurs « Twitezimbere mu bururimyi » (Développons-nous dans l’agriculture), a réussi le pari de sortir de la misère, grâce à l’appui reçu du PNUD dans le cadre de la réintégration des personnes touchées par les conflits.

  • Gaston : « apprendre à construire et rebâtir ma vie ! »

    Je m'appelle Gaston Simbona, natif de Mutimbuzi, dans la zone de Bujumbura Rural j’ai 37 ans. Marié, je suis père de deux enfants de cinq et deux ans. Pendant la guerre, j’ai quitté l’université où j'étudiais le droit en 2005 pour rejoindre les groupes rebelles armés. Je suis revenu dans ma famille en 2009.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe