Les femmes participent de plus en plus activement à la vie socio-économique de leurs communautés

Les femmes participent de plus en plus activement à la vie socio-économique de leurs communautés
© PNUD Burundi/Aaron Nsavyimana/2017 - La province de Nyanza-Lac, située au sud du Burundi, est une région à haute potentialité agricole : on y cultive notamment le manioc, le palmier à huile et le riz. Les femmes intégrent de plus en plus les coopératives de production agricole, comme Mme Judith Ngendanzi, présidente de la coopérative Tubehoneza, qui montre fièrement un sac de farine de manioc de 10 kg.

Par Aaron Nsavyimana

Nyanza-lac – En 2003, après une décennie de guerre qui a déchiré le pays, quelques personnes, hommes et femmes, décident de créer la coopérative Tubehoneza (Vivons bien). Ensemble, ils commencent à cultiver du manioc qu’ils transforment en farine commerciale pour s’assurer un revenu. De jour en jour, la coopérative encadrée par la Confédération des associations des producteurs agricoles pour le développement (CAPAD), voit son activité croître et le nombre de ses membres augmenter. Les femmes commencent à s’y intéresser davantage et les hommes qui s’opposaient à leur enrôlement dans le mouvement associatif, s’aperçoivent alors que celles-ci apportent des revenus supplémentaires qui changent la vie des familles. Les hommes ont donc fini par accepter de laisser libre cours à leurs femmes pour intégrer la coopérative. Aujourd’hui, elles sont plus nombreuses que les hommes, et sur les 80 membres que compte la coopérative, 48 sont des femmes.

« Les femmes sont sorties de l’arrière-cour et de leur cuisine », souligne Judith Ngendanzi, présidente de la coopérative. « Nos maris ne veulent plus nous cantonner aux seuls travaux ménagers, et nous encouragent désormais à participer aux différentes Associations génératrices de revenus (AGR). Ils ont compris qu’ainsi nous contribuons à satisfaire aux besoins du développement familial : nous ramenons de la farine de manioc à la maison, nos revenus servent à scolariser et habiller nos enfants, à améliorer la santé de la famille, etc. », ajoute-t-elle.

En 2015, la coopérative décide d’augmenter sa capacité de production de farine en achetant du manioc alentours. Mais elle se heurte à la faible capacité de mouture des petits moulins locaux et décide d’approcher le PNUD pour mettre sur pied un projet de transformation de produits agricoles. Malgré le manque en énergie électrique, responsable des « délestages », qui vient encore compliquer la situation, le PNUD a financé la réalisation d’une unité de transformation de produits agricoles pouvant moudre de 800 à 1000 kg de manioc par heure.

L’autre objectif du projet était d’alléger le travail des femmes à qui revient traditionnellement la préparation de la nourriture familiale, à base de manioc.  Pour pallier le manque de disponibilité de mouture de manioc elles devaient continuer de piler leur production de manioc au mortier, un travail long, fastidieux et harassant. Désormais, avec un service de mouture efficient à disposition, et moyennant paiement, elles peuvent à la fois alléger le travail domestique et gagner de l’argent en revendant une partie de de leur production personnelle. Elles contribuent ainsi à la gestion financière du ménage qui n’est plus à la seule charge du mari. « Avant, la femme restait à la maison en attendant tout de son mari. Aujourd’hui, il n’est plus la seule source des revenus familiaux. Les femmes deviennent autonomes et ont également plus d’estime pour leurs maris », affirme Judith.

La création de l’unité de mouture du manioc a permis aux femmes de tisser des relations d’amitié entre voisines qui viennent moudre leur production. « Avant, le manioc se gâtait faute de moyens adéquats de stockage pour le conserver ou de transformation pour le préserver des attaques de charançons », explique Judith. De plus, la farine moulue est de très bonne qualité, ce qui augmente sa valeur commerciale. « Elle est très appréciée dans la région et les gens sont de plus en plus nombreux à vouloir venir moudre leur manioc à la coopérative ».

La farine de manioc, dite Marame « Tout va bien » en kirundi, a ouvert la coopérative au monde extérieur. « La qualité compétitive de notre farine, nous avantage sur les marchés à Bujumbura ou dans les foires-expositions où nous nous rendons. Nous tissons des liens avec d’autres producteurs dans tout le pays, nous échangeons des idées, et bientôt nous comptons participer à des compétitions sous régionales », conclue Judith avec optimisme.

Aujourd’hui, les affaires de la coopérative sont florissantes et pour varier ses sources de revenus, la coopérative compte acheter une décortiqueuse de riz ; entreprendre l’élevage de porcs et de poules, et travailler avec les coopératives de production d’huile de palme.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe