De l’aide financière au renforcement des capacités

De l’aide financière au renforcement des capacités
@ PNUD Burundi / Aude Rossignol / 2014 - David Ndayiragije, président de l’association d’agriculteurs « Twitezimbere mu bururimyi » (Développons-nous dans l’agriculture), a réussi le pari de sortir de la misère, grâce au travail collectif des vingt membres de l’association et à l’appui reçu du PNUD.

L’association d’agriculteurs « Twitezimbere mu bururimyi » (« Développons-nous dans l’agriculture »), a réussi le pari de sortir  de la misère. Grâce à l’appui reçu du PNUD dans le cadre de la réintégration des personnes touchées par les conflits, l’association est devenue propriétaire d’un terrain agricole, d’une vache et est à l’origine d’un projet de commercialisation des légumes qui fonctionne bien. David Ndayiragije, président de l’association, parle des progrès réalisés par celle-ci.

Spécialisée dans la culture des choux et des oignons, « Twitezimbere mu burimyi » est née en 2012 à Nyenkarange, en province de Bubanza. Située sur la crête Congo Nil, à l’Ouest du Burundi, cette localité  est montagneuse et proche de la forêt de la Kibira. « Nous sommes vingt membres, dont douze hommes et huit femmes », indique David qui est  épaulé dans la direction de l’association par un comité de cinq personnes.

« Notre collectivité est formée d’anciens combattants, de rapatriés, de réfugiés ainsi que de membres de la communautés d’accueil », rapporte  David. « J’ai rencontré les autres membres de l’association lors des travaux d’aménagement des pistes, un projet financé par le PNUD », poursuit-il. « Grâce à ces travaux, chacun des membres de l'association a épargné 1une partie de son salaire journalier, afin de constituer le capital initial de l’association ».

À retenir

  • L’association « Twitezimbere mu burimyi » compte aujourd'hui 20 membres (12 hommes et 8 femmes). Le président de l’association est épaulé par un comité composé de cinq membres. L'association est née en 2012.
  • Lors des travaux d’aménagement de pistes financées par le PNUD, chaque membre de la jeune association a épargné 1000 Fbu (0,65 USD) sur les 3000 de son salaire journalier. Cela a permis de constituer le capital initial de l'association, soit un million de francs burundais (651 USD). Le PNUD a appuyé l’association en triplant son capital initial.
  • Après deux ans de commercialisation des choux et des oignons, l’association dispose désormais de 2 140 000 Fbu (1400 USD) d’épargne.

La première récolte de choux et d’oignons écoulée à Bujumbura, a apporté 1 750 000 Fbu à l’association. « Toute la production n’est pas commercialisée. Une partie de la récolte est partagée par les membres pour la consommation dans nos familles», signale David.

« À présent, nous voulons renforcer nos capacités.  Les moyens financiers ne nous manquent pas pour développer notre projet », explique fièrement David à propos des projets d’avenir de l’association.

« De mon expérience avec « Twitezimbere mu burimyi », je retire une définition simple de la pauvreté. « La pauvreté est un manque de savoir »… Avec des connaissances et une bonne formation, il est possible de mieux vivre, car nous sommes mieux armés pour prendre les bonnes décisions et démarrer nos projets de développement », exprime David.

Une association vecteur de changement de vie

« Auparavant, comme les autres membres de l’association, j’avais du mal à assurer les besoins primaires de ma famille » témoigne David. «Il m’était difficile de nourrir les miens et d’envoyer les enfants à l’école (…) actuellement, je n’ai plus ces problèmes », poursuit-il. « Aujourd’hui, il y a de la vie dans ma famille ! », dit avec fierté et assurance ce père de quatre enfants. « Pour nous autres fils d’agriculteurs, il est très difficile de ne pas avoir au moins une seule poule chez soi ». David ajoute qu’actuellement, grâce à son travail au sein de l’association,  il possède des chèvres et des poules qui améliorent l’alimentation de sa famille et lui procurent du fumier pour ses champs.

 « L’association m’a ouvert les yeux », indique David. « Auparavant, j’avais des difficultés à m’entendre avec les anciens combattants. Mais aujourd’hui, grâce à l’association, nous cohabitons bien ensemble. D’ailleurs, à l’heure qu’il est, ce sont des personnes avec qui nous partageons les mêmes perspectives de développement. »

L’association « Twitezimbere mu burimyi» ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle a l’ ambition de construire et faire fonctionner une laiterie. Dans un avenir proche, rapporte David, nous prévoyons l’achat d’une vache de race laitière pour démarrer le projet de commercialisation du lait et la fabrication de fromage.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe