Atelier régional 17-19 février : la route vers le développement local durable

21 févr. 2014

© PNUD Burundi/Patrice Brizard/2014 - Mme Rosine Sori Coulibaly, Coordinateur Résident de l'ONU et Représentant résident du PNUD au Burundi, préside à la cérémonie d'ouverture de l'Atelier en présence de Son Excellence, Monsieur Gervais RUFYIKIRI, deuxième Vice-président de la République du Burundi, et du Directeur du bureau de pays du PNUD, M. Xavier Michon.

Du 17 au 19 février s’est tenu à Bujumbura, Burundi, un atelier international dont le thème central était : « La route vers le développement local durable : comment le relèvement communautaire peut ouvrir la voie au développement durable dans la région des Grands Lacs ? » L’atelier a été accueilli comme une opportunité unique d’échange d’expériences et de discussions en vue de trouver l’inspiration dans les efforts des autres et d’assurer un développement centré sur la personne humaine.

Participaient à cet atelier les pays de la région des Grands Lacs (Burundi, Rwanda, République démocratique du Congo, Tanzanie Kenya, Ouganda), auxquels se sont joints la Bosnie-Herzégovine et l’Afghanistan. L’atelier s’est tenu à l’Hôtel-Club du Lac Tanganyika. La cérémonie d’ouverture a été rehaussée par la présence de Son Excellence, Monsieur Gervais RUFYIKIRI, deuxième Vice-président de la République du Burundi.

Dans son mot de bienvenue, Mme Rosine Sori Coulibaly, Coordinateur Résident de l'ONU et Représentant résident du PNUD au Burundi, a décrit le contexte mondial assombri par les conflits armés, et les conséquences sur les conditions de vie des populations des différentes crises traversées par la région des Grands Lacs. Elle a salué la conclusion des accords de paix qui ont permis de développer des programmes de consolidation de la paix. Elle a enchainé en reconnaissant que désormais le Burundi peut s’embarquer sur la voie du développement durable, saluant vivement les efforts déployés par le pays.

Le deuxième Vice-Président de la République a pris à son tour la parole, souhaitant tout d’abord la bienvenue aux délégués venus participer à l’atelier. Il a ensuite rappelé que le Gouvernement se réjouissait de la tenue de cet atelier et de l’intérêt du thème retenu. « C’est une opportunité pour jeter les bases des systèmes de développement innovant pour le développement durable », a-t-il déclaré.

Pour démarrer les travaux de l’atelier, deux bénéficiaires impliqués dans les projets locaux du PNUD ont partagé leur expérience : Mme Jovith BAYAVUGE et Gaston SINGORA.

Mme Jovith Bayavuge est présidente d’une association locale de Citiboke qui s’occupe d’un projet de Gestion des déchets. Celui-ci consiste à collecter et évacuer les déchets, puis à les trier et les transformer en fumure organique. Le projet emploie principalement des femmes dans le but de les réinsérer en leur fournissant les moyens de créer leur propre activité génératrice de revenu.

Gaston est un ex-combattant qui a rejoint le programme de création d'emploi du PNUD. Il est Intéressé par le domaine de la construction et il espère développer prochainement sa propre entreprise avec l’aide du PNUD.

L’atelier s’est poursuivi par la présentation des expériences vécues dans les différents pays représentés à l’atelier. Chacun des intervenants a développé le contexte spécifique de son pays et les initiatives locales mises en œuvre. Les participants ont reconnu l’importance primordiale du leadership, ainsi que d’impliquer les populations, de fonder l’action sur les valeurs et les traditions locales, et de planifier avec les communautés, en vue de garantir une certaine appropriation des projets.

« Dans cet atelier, nous apprenons des autres, afin de faire en sorte que toutes les personnes vulnérables, réfugiées et déplacées deviennent des acteurs de développement autonomes. Ces personnes ne seront pas toujours accompagnées par le gouvernement et les partenaires, elles doivent donc apprendre à être autonomes, et les démobilisés, qui jadis utilisaient les armes contre leur pays, doivent être capables d’être des acteurs de développement dans leur milieu », a déclaré Chantal Kambili Rugena, chargée du programme de stabilisation et reconstruction des zones sortant du conflit du Congo dans le Nord Kivu et Goma, en République démocratique du Congo (RDC).

« J’ai trouvé des similitudes avec les programmes développés dans d’autres pays », a expliqué à son tour, Jean de Dieu Kayiranga, chargé de programme Accès à la justice, Droit de l’homme et Consolidation de la paix au bureau du PNUD Kigali-Rwanda.. « Partout, leurs expériences montrent qu’ils donnent de l’importance aux consultations avec la population. C’est une aubaine, une chance pour notre région, parce que si nos gouvernement et leurs partenaires accordent de l’importance à ces consultations, qui ont fait leur preuve ailleurs, alors nous avancerons certainement sur la voie du développement durable ».

 © PNUD Burundi/Aude Rossignol/2014 - Deux délégués de l'Afghanistan pendant la visite de terrain des projets PNUD.© PNUD Burundi/Aude Rossignol/2014 - Deux délégués de l'Afghanistan pendant la visite de terrain des projets PNUD

L’après-midi du deuxième jour, les délégations étrangères participant à l’atelier ont eu l’opportunité de se rendre sur le terrain pour visiter deux sites où des projets de développement du PNUD ont été initiés. Les techniciens du PNUD Burundi les ont emmenés sur le site du marais de Nyamabere où les bénéficiaires de ce projet de riziculture ont pu partager leur expérience. Les visiteurs ont également pu découvrir le Centre jeune d’Isale et le site de construction de maisons pour personnes vulnérables de la même localité.

« Nous avons pu remarquer certaines similitudes mais aussi des différences avec l’Afghanistan. Les projets visités se basent sur les besoins des populations. J’ai pu interroger les populations locales et ils semblaient assez satisfaits avec ce projet. Pour moi, l’avis positif des bénéficiaires est un signe important de réussite », a déclaré à l’issue de la visite de terrain l’un des délégués afghan, Shoaib Khaksari qui est gestionnaire adjoint au programme national de développement local au ministère de la Réhabilitation rurale et du Développement.

À l’issue du troisième jour de l’atelier, les délégués ont salué dans leur déclaration finale le fait qu’au cours de cet atelier ils ont commencé à capitaliser sur les bonnes pratiques et les défis spécifiques au développement local avec pour objectif prochain l’établissement d’une feuille de route précise. Les conclusions de cet atelier mentionnent que le relèvement communautaire constitue une solide fondation pour un développement durable et les participants se sont accordés sur la nécessité d’utiliser l’innovation pour stimuler le développement local.

Dans son discours de clôture, Mme Clotilde Niragira, ministre de la Solidarité nationale des Droits de la personne humaine et du Genre, a relevé qu’« au Burundi, le processus de réintégration et de relèvement communautaire n’est pas encore achevé. Ce dernier sera mené parallèlement avec la gouvernance locale et le développement local durable ».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe