À Rumonge, de nouveaux bureaux pour mieux coordonner le travail des policiers

8 juil. 2014

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2014 - De nouveaux bureaux constituent désormais le « Centre de police de Rumonge ». Il a été construit à l’initiative du PNUD grâce à des financements du Bureau pour la prévention de crises et le relèvement (BCPR) et de la Belgique.


Par Aaron Nsavyimana

Le commissariat de police de Rumonge vient de se doter de nouveaux bureaux qui constituent désormais le « Centre de police de Rumonge ». Il a été construit à l’initiative du PNUD grâce à des financements du Bureau pour la  prévention de crises et le relèvement (BCPR) et de la Belgique.

« Auparavant, nous n’avions pratiquement pas de locaux dignes de ce nom. Les bureaux et les  services étaient éparpillés, ce qui rendait difficile la coordination du travail mené par la police ici à Rumonge », souligne Vincent Nzokira, Commissaire chargé de la police de proximité à Rumonge. « La dispersion des services, ne facilitait pas la maîtrise des dossiers et il était extrêmement gênant de devoir répondre « je ne sais pas » lorsqu’on nous posait des questions sur le cas d’un justiciable. Aujourd’hui, tous les services sont regroupés en un même lieu, ce qui facilite le travail des Officiers de police judiciaire (OPJ) ».

« Par exemple, par le passé, ramener les femmes en préventive, du poste de police à leur centre de détention après interrogatoire par les OPJ, posait problème», ajoute Vincent. « Un policier devait reconduire les prévenues de l’autre côté dans le quartier Swahili, et pour cela il devait traverser le quartier à pied. La population pouvait alors faire obstruction au travail du policier en permettant à la femme fautive de prendre le large,  au grand dam de la police ».

En outre, la disponibilité de services de police en un seul endroit va permettre de diminuer les tentatives de corruption opérées par certains agents de police.   

Des cachots plus spacieux et salubres

« Les personnes détenues voient également leurs conditions de détention  s’améliorer », explique Vincent. « En effet, avec les nouvelles bâtisses, nous disposons désormais de lieux de détention qui se rapprochent des normes internationalement reconnues. Les cachots sont séparés pour les hommes, les femmes et les mineurs. Ils sont suffisamment grands, aérés, alimentés en eau, électricité et toilettes. Antérieurement, le cachot se résumait en une petite pièce très exiguë aux conditions d’hygiène très déplorables. Par exemple, parce qu’ils craignaient qu’ils ne s’évadent, les policiers n’osaient pas laisser sortir les détenus de leur cellule la nuit pour aller se soulager ».

Dans un proche avenir, un centre de lutte contre les violences liées au genre va bientôt être institué dans l’enceinte de ces bureaux de police. « Ce nouveau centre permettra de sensibiliser les victimes pour qu’elles portent plainte. Nous devons casser le mythe de la peur du quand dira-t-on qui conduit les victimes à garder silence face à l’horreur de ce qui leur est arrivé. Si l’on y consacre  l’énergie nécessaire, même les présumés auteurs de ces crimes vont flancher à leur tour par crainte d’être attrapés rapidement et poursuivis en justice, notamment parce qu’ils sauront que les services en charge de la lutte contre ces pratiques seront désormais très proches des services de police », renchérit Vincent.

Toujours selon ce commissaire de police, les personnes qui ont peur de se rendre à Bujumbura pour des soins appropriés dans des maisons spécialisées, telles que le centre Seruka et l’Association burundaise pour le bien-être familial (ABUBEF) pourront bénéficier d’un encadrement sur place et jouir d’un accompagnement en termes de conseils et d’appui judiciaire.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe