Préparer les élections 2015 : un dialogue ouvert mais difficile

27 oct. 2014

© PNUD Burundi / Aude Rossignol / 2014 - Le 23 octobre,150 représentants des partis politiques, organisations de la société civile, confessions religieuses, institutions internationales et membres du gouvernement et de la CENI se sont réunis à Gitega avec pour objectifs l’évaluation de la feuille de route élaborée en mars 2013 et la préparation d’un environnement propice à la tenue d’élections libres, justes et paisibles en 2015.


Par Aude Rossignol

À près de 6 mois du premier scrutin électoral de 2015, 150 représentants des partis politiques, organisations de la société civile, confessions religieuses, institutions internationales et membres du gouvernement et de la CENI viennent de se réunir à Gitega, sous l’impulsion du gouvernement et du BNUB. Cette session de travail avait pour objectifs principaux l’évaluation de la feuille de route élaborée en mars 2013 et la préparation d’un environnement propice à la tenue d’élections libres, justes et paisibles en 2015.

L’organisation de cette rencontre fait partie d’un agenda d’évènements organisés par le gouvernement et les Nations Unies et visant à stimuler le dialogue électoral afin de tirer les leçons du passé et d’éviter les violences. En effet, après les élections de 2010, boycottées par certains partis politiques, l’environnement politique au Burundi s’est détérioré. Il en a résulté une absence de dialogue entre le gouvernement et les partis politiques, et un climat de méfiance et d’incertitudes qui a affecté l’espace démocratique du pays.

Lors de son allocution d’ouverture de la session, M. Parfait Onanga-Anyanga, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, a interpellé la salle en rappelant que « dans l’exercice délicat du processus électoral, il y a au moins un écueil qu’il conviendrait d’éviter. Celui de ne point opérer un divorce entre les acquis du dialogue politique et de la conduite proprement dite des étapes matérielles du processus électoral mené par la CENI ».

L’agenda de la journée a été modifié en séance, suite à la demande des participants de centrer le débat, dès le début de la journée, sur l’évaluation de la feuille de route. Un exposé théorique a donc été écarté pour permettre d’aborder directement les problématiques liées à la feuille de route. Celle-ci contient 42 recommandations dont les plus importantes visent : l’adoption d’un nouveau code électoral, qui devait être réalisé avant décembre 2013 ; une demande adressée au président de la République afin qu’il précise les dispositions de la constitution à réviser ; l’établissement d’un mécanisme d’échange régulier entre la CENI, les partis et les acteurs politiques ; l’éradication de l’impunité et de la violence sous toutes ses formes comme mode d’expression politique ; l’appel à la fusion et/ou à la réunification des partis politiques et la non ingérence dans le fonctionnement des partis.

Inquiétudes autour de possibles violences électorales

Les interpellations et partages d’opinions, nombreux tout au long des débats de la journée, ont permis aux participants d’exprimer publiquement leurs craintes et leurs aspirations, largement relayées par les médias. De nombreux partis ont affirmé leur ferme volonté de participer aux élections. Les inquiétudes se sont cristallisées principalement autour du développement des discriminations, de l’apparition de violences électorales et de la mise à l’écart de certains mouvements politiques des élections. Agathon Rwasa, probable candidat indépendant, a interpellé l’auditoire sur le danger du repli politique « Si nous voulons sauver le processus électoral, essayons de dépasser nos égos ».

Mme Concilie Nibigira, vice-présidente et représentante légale de l'Uprona, a quant à elle partagé son inquiétude, à un mois de l'enrôlement des électeurs. « De nombreux citoyens ne possèdent pas encore de pièce d’identité valable pour se faire enregistrer en tant que futur électeur. Il faut permettre à toutes les personnes en âge de voter d’exercer leur droit de citoyen ».

La communauté internationale s’est également exprimée, à travers l’intervention de l’ambassadeur de l’Union européenne, M. Patrick Spirlet. Il a notamment réaffirmé que « le sens de la feuille de route a comme objectif de rassurer les citoyens et de favoriser la participation libre de tous au processus électoral ». L’ambassadeur a rappelé que « l’Union européenne a tenu compte de l’existence de la feuille de route et du code de conduite électoral pour confirmer son appui à la préparation et à la tenue des élections ». L’institution européenne a en effet annoncé un soutien de 8 millions d'euros pour l’organisation technique des élections. Ce montant fait partie du fonds commun (basket fund) géré par le PNUD, à travers le projet d’appui au cycle électoral (PACE), lequel bénéficiera des contributions d'autres bailleurs, tels que la France, la Belgique, les Pays-Bas et la Suisse. Dans ce cadre, le PNUD et ses partenaires techniques et financiers apportent une assistance au renforcement des capacités organisationnelles, techniques, financières et opérationnelles des principaux acteurs impliqués dans le processus électoral, principalement la CENI.

L’atelier de Gitega constituait la dernière rencontre de ce type, co-organisée par le BNUB, la mission se retirant du Burundi en décembre 2014. À partir du mois de janvier 2015, le PNUD facilitera le suivi des échanges entre les parties prenantes, en vue d'assurer un environnement favorable à la tenue des élections libres, transparentes et apaisées.

Les prochaines étapes du processus électoral verront la nomination des Commissions électorales communales indépendantes (CECI) et l'enrôlement des électeurs. Ce dernier débutera le 24 novembre et sera ouvert pour une période de quatorze jours. Dix mille agents recenseurs vont être recrutés pour collecter les informations concernant les citoyens burundais qui souhaitent être électeurs ou éligibles. Pour favoriser la transparence, les membres des organisations de la société civile ou des partis qui se seront fait accréditer, pourront participer à l’observation du processus d'enrôlement.

Calendrier électoral :

  • 26-05-2015 : Élections des députés et des conseils communaux ;
  • 26-06-2015 : Élection présidentielle - premier tour;
  • 27-07-2015 : Élection présidentielle, en cas de deuxième tour ;
  • 17-07-2015 : Élections des sénateurs ;
  • 24-08-2015 : Élections des conseils de colline et de quartier.

Lien utile :

Pour plus d'informations sur le calendrier électoral, merci de visiter le site web de la CENI: www.ceniburundi.bi

PNUD Burundi - PACE 2015
Actualisation :
7 octobre 2014

Partenaire Montant
CHF US$ Accord signé
Financements annoncés        
 
PNUD     1, 000,000 -----
France 200,000   272,000 200,000 Euros
16 juillet 2014
Suisse   500,000 560,000  
Belgique 4,000,000   5, 440,000  
Pays-Bas 2,000,000   2, 720,000 1e tranche 1,300 US$
1 août 2014
Union européenne 8,000,000  

10, 880,000

 
Total partiel en US$ : 20, 872,000  
  (soit 53% du budget total)  

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe