Les Pays-Bas libèrent la deuxième tranche de leur contribution au processus électoral 2015

17 déc. 2014

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2014 – Signature de la deuxième tranche de l’accord de financement du processus électoral au Burundi entre M. Jolke Oppewal, ambassadeur des Pays-Bas (à gauche) et Mme Natalie Boucly, Représentante résidente a.i du PNUD au Burundi (à droite), et en présence de M. Pierre Claver Ndayicariye, président de la CENI (au centre).

Par Aaron Nsavyimana

Bujumbura – Ce mercredi, M. Jolke Oppewal, ambassadeur du Royaume des Pays-Bas, a finalisé l’accord de financement signé avec le PNUD en août 2014, en libérant la seconde tranche de la participation des Pays-Bas au processus électoral 2015. La signature opérée ce mercredi au siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) entre M. Oppewal et la Représentante résidente a.i du PNUD au Burundi, Mme Natalie Boucly, honore de ce fait la totalité de  la promesse des Pays-Bas de contribuer à hauteur de 2 600 000 dollars au processus électoral en cours au Burundi.

Ces financements accordés par les partenaires sont mobilisés dans le cadre du Projet d’appui au cycle électoral (PACE) 2015, géré par le PNUD qui soutient le développement des compétences  nationales et accompagne le travail des institutions en charge de l’organisation d’élections crédibles et inclusives au niveau national. Dans cette optique, « le PNUD tient aussi à renforcer la sensibilisation de toutes les parties prenantes sur l’importance du rôle des élections dans la promotion de la gouvernance, démocratique, des droits humains et de la libre expression », a souligné Mme Natalie Boucly.

Lors du déblocage d’une première tranche de 1 300 000 dollars, le 1er août 2014, et avant de libérer une seconde tranche de 1 300 000 dollars, les Pays-Bas avaient déclaré vouloir suivre l’évolution de la situation sur le terrain politique, particulièrement le respect de la feuille de route convenue entre les partenaires politiques en vue d’organiser des élections démocratiques, libres, inclusives et transparentes en 2015 au Burundi.

La libération de cette deuxième tranche intervient peu de temps après que la phase cruciale de la campagne d’enrôlement des électeurs a alimenté la controverse entre le pouvoir, l’opposition et la société civile, suite aux irrégularités constatées durant le déroulement de la campagne. La signature de cette deuxième tranche de l’accord, a été l’occasion pour  M. Jolke Oppewal  de rappeler qu’au Burundi, comme ailleurs dans le monde, les perceptions font partie de la réalité. Il a recommandé le dialogue et une communication transparente entre les partenaires politiques pour les amener à dissiper la peur et la méfiance qu’entretiennent des positions extrêmes, et trouver un terrain d’entente. « Le gouvernement ne doit pas entrer dans une logique de négation permanente de la réalité. En cas d’irrégularités, il faut les reconnaitre et les corriger. En retour, l’opposition ne devrait pas demander l’impossible », a-t-il lancé aux acteurs concernés par les élections, en guise de message politique.

Dans cette même logique, le PACE 2015 a initié en novembre, en partenariat avec l’IFES, des activités liées au système d’alerte précoce par la formation sur la prévention et la réponse rapides aux violences électorales. D’autres appuis sont prévus à partir de janvier 2015 qui porteront  notamment sur le soutien de la CENI pour organiser des séances d’éducation civique et électorale, afin d’inciter la population à participer massivement au processus électoral en cours. Le processus met également à l’honneur la participation des femmes, des minorités et de personnes handicapées, note Mme Boucly. « En permettant la participation inclusive des jeunes, des femmes et des hommes qui exercent leurs droits fondamentaux, les élections deviennent un pilier central dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) au Burundi ».   

Le président de la CENI, M. Pierre Claver Ndayicariye, qui présidait à la signature de ce deuxième accord de financement, a loué l’apport des Pays-Bas dans la restauration de la paix au Burundi à travers son implication dans le processus de négociation de paix d’Arusha. L’octroi au Burundi du présent financement permettra à la CENI de bien conduire son travail. « Les jours passent vite. Pour aider la CENI à organiser des élections libres, transparentes, inclusives et apaisées, les ressources financières et matérielles sont nécessaires aujourd’hui », a déclaré M. Ndayicariye.

PNUD Burundi - PACE 2015
Actualisation :
8 janvier 2015

Partenaires techniques financiers
(PTF)
Promesses et accords de financement
Financements annoncés Accords signés
  CHF US$   
 
PNUD     2 500 000 Ressources « core »
France 200 000   272 000 200 000 €
16 juillet 2014
Suisse   500 000 520 291 1e tranche 250 000 CHF
18 décembre 2014
Belgique 4 000 000   5 006 258 1e tranche 2 000 000 €
28 novembre 2014
Pays-Bas     2 600 000 1e tranche 1 300 000 US$
1er août 2014

2e tranche 1 300 000 US$
17 décembre 2014
Union européenne 7 700 000  

9 637 046

-----
Total partiel en US$ : 20 535 595  

2015
 
  Financements en discussion Accords à confirmer
Pays-Bas     1 000 000 À confirmer en 2015
Canada     À confirmer Possible contribution en nature (un ou deux experts techniques)
Total partiel en US$ : 1 000 000  
Grand total en US$ : 21 535 595  

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe