Évaluer le rôle moteur de la stratégie nationale de réintégration des rapatriés pour une réinsertion socio-économique efficiente

31 mars 2015

© PNUD Burundi / Aude rossignol / 2013 – À Mutimbuzi, une bénéficiaire du programme du PNUD de réintégration socio-économique des rapatriés de l’ancien camp de réfugiés de Mtabila en Tanzanie, participe à la construction de de 85 maisons destinées à l'hébergement des plus démunis.

Par Orlando Niyomwungere

Ce mardi, le Directeur général chargé du rapatriement, de la réinstallation et de la réintégration des sinistrés de guerre au ministère de la Solidarité Nationale, des Droits de la Personne Humaine et du Genre,  M. Révérien Simbarakiye,  et le Directeur pays adjoint chargé des Programmes du PNUD, M. Joseph Pihi, ont lancé l’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie sur la réintégration socio-économique des rapatriés, déplacés, ex-combattants et vulnérables. Cette stratégie avait été adoptée en février 2010 et couvrait la période 2010-2014.

« Cette évaluation est d’une importance capitale car elle permettra de comprendre comment le processus de réintégration a été mis en œuvre, ainsi que les leçons à en  tirer. Sur cette base il s’agira de bâtir les piliers d’une nouvelle étape de consolidation de la paix et du développement durable », a souligné M. Joseph Pihi. « Concrètement, il s’agira d’analyser les acquis et les défis de la stratégie nationale de réintégration et d’avoir une feuille de route sur l’intégration de la stratégie dans les politiques nationales de développement », a-t-il ajouté.

 Évaluer le rôle moteur de la stratégie nationale de réintégration des rapatriés pour une réinsertion socio-économique efficiente© PNUD Burundi / Orlando Niyomwungere / 2015 - le Directeur général chargé du rapatriement, de la réinstallation et de la réintégration des sinistrés de guerre, M. Révérien Simbarakiye (à gauche), et le Directeur pays adjoint chargé des programmes du PNUD au Burundi, M. Joseph Pihi, ont introduit la réunion portant sur l’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie nationale de réintégration socio-économique des personnes affectées par le conflit.

La stratégie avait trois objectifs principaux appuyés par le PNUD : permettre aux personnes vulnérables de retrouver une stabilité géographique et de reprendre  place de manière durable au sein de leur communauté d’origine ; permettre à ces personnes d’avoir accès aux opportunités d’emploi offertes sur le marché local ; et stimuler leur participation sans aucune discrimination à la vie communautaire, associative et politique partagée par les autres membres de la communauté.

Au cours de sa période de mise en œuvre, cette stratégie a ainsi permis aux personnes affectées par le conflit de s’insérer dans de nombreux projets de réintégration développés dans  les provinces de Cibitoke, Bubanza et Bujumbura.

Pour mener à bon port le processus d’évaluation de la stratégie, le ministère a sollicité l’appui du PNUD pour l’aider dans le recrutement du bureau d’études chargé de mener l’évaluation. Le cabinet retenu a présenté au cours de cette réunion les éléments fondamentaux du processus d’évaluation qu’il va mettre en oeuvre. La validation de cette méthodologie a fait l’objet d’un consensus adopté par les participants, dont le gouvernement, les Partenaires techniques et financiers (PTF),  le système des Nations Unies, les ONG, la société civile et les confessions religieuses.

« L’approche adoptée pour élaborer la stratégie avait été guidée par le souci de renforcer le travail en synergie. Nous ne pouvons donc que nous féliciter par avance de la concertation qui a toujours caractérisé notre partenariat. Elle  restera de mise lors du processus  d’évaluation », a indiqué M. Révérien Simbarakiye.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe