Changements climatiques : l’urgence de prévenir les catastrophes naturelles

2 avr. 2015

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2012 – La plantation d’arbres est l’un des modèles d’adaptation pour lutter contre les changements climatiques, en restaurant le couvert végétal. Ici, aux abords de la Ruvubu pour protéger de l’érosion les berges de la rivière.


Par Orlando Niyomwungere

La perturbation des saisons, l’intensification des phénomènes météorologiques extrêmes tels les inondations et la sécheresse récurrente, et qui sévissent de plus en plus souvent au Burundi, risquent de compromettre les avancées du pays en matière de développement et d’efforts visant à éradiquer la pauvreté. Les dégâts qui affectent déjà les écosystèmes naturels se font également ressentir au niveau des principaux secteurs de l’économie, comme l’agriculture, l’eau, l’énergie, la santé et le transport.

Conscients de cette menace, le  gouvernement du Burundi et le PNUD, par l’intermédiaire du Fonds pour  l’environnement mondial (FEM), ont scellé depuis deux ans un partenariat pour mettre en œuvre un Plan d’action national pour la prévention des changements climatiques (PANA).  Ce partenariat s’est construit autour d’un projet de trois ans (2015-2018) élaboré sous la conduite de l’Institut Géographique du Burundi (IGEBU). Et déjà financé par l’« Appui du Fonds des pays les moins avancés » du FEM.

Ce jeudi 2 avril, l’IGEBU réunissait les parties prenantes au projet : gouvernement, Nations Unies, ONG, associations de la société civile, … pour un atelier de validation, afin d’en accélérer la mise en œuvre. Les principaux objectifs de ce projet sont le renforcement des capacités institutionnelles, organisationnelles et techniques des communautés pour les aider à faire face aux risques de catastrophes liées aux changements climatiques.

 Grâce à la participation aux efforts de tous les acteurs groupés autour de la plate-forme nationale pour la réduction des risques et la gestion des catastrophes, le présent projet vient consolider les acquis de la coopération passée entre le PNUD, le FEM et le Gouvernement. Il s’intègre en outre parfaitement aux priorités nationales, car le changement climatique est une réalité au Burundi. « Ce projet répond aux besoins urgents et immédiats en terme d’adaptation aux changements climatiques. Il implique tous les acteurs et bénéficiaires dans l’identification des priorités et le montage du projet » a indiqué Théophile Ndarufatiye l’Assistant du ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme.

Le Directeur pays adjoint chargé des programmes du PNUD,  M. Joseph Pihi, a tenu à préciser que « les catastrophes naturelles de ces dernières années ont tendance à devenir récurrentes et viennent une fois de plus nous rappeler l’urgence d’agir vite et ensemble pour rechercher les solutions d’un développement  multisectoriel durable ».

Les décisions stratégiques recommandées à l’issue de l’atelier de validation du document de projet vont ainsi permettre de mettre sur pied un système d’alerte communautaire opérationnel, capable  à la fois de prévenir les risques et catastrophes liés aux changements climatiques et de renforcer les capacités de résilience des communautés locales (services communaux et  agents techniques des ministères). De plus, il apportera un appui à des technologies d’adaptation pertinentes, destinées à protéger des impacts climatiques les infrastructures et les moyens de subsistance locaux.

« L’objectif premier de la tenue de cet atelier était d’analyser en profondeur la pertinence du projet par rapport à sa mise en œuvre et aux dispositifs de suivi et d’évaluation. Ensuite de formuler des recommandations concises en vue d’une réalisation concrète des objectifs fixés », a déclaré M. Joseph Pihi. 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe