La remise d’équipements agricoles va permettre d’améliorer la sécurité alimentaire de 30 000 personnes

3 avr. 2015

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2015 - Démonstration du fonctionnement d’une moissonneuse batteuse du riz; une des machines parmi les différentes catégories de machines agricoles offertes par le PNUD aux 53 groupements pré-coopératifs.


Par Sandrine Sangwe

Bujumbura – L’agriculture demeure un secteur clé au Burundi. Le secteur agricole couvre en effet 95 % des besoins alimentaires des Burundais et emploie près de 90 % de la population active du pays. Cependant, le Burundi reste confronté aux perturbations climatiques, à la faible productivité du secteur agricole et à l’amenuisement des terres cultivables en raison d’une croissance démographique galopante. La conjonction de ces facteurs a pour conséquence de rendre difficile l’accès des ménages à une alimentation suffisante dans certaines régions. Lors du premier forum burundais sur la sécurité alimentaire (2011), la FAO constatait déjà que « 67 % de la population burundaise vivent dans la pauvreté et plus de 60 % souffrent de malnutrition chronique ». En 2013, l’Indice de la faim (IFM) s’établissait à 38,8 %, d’où l’importance de continuer les efforts pour développer ce secteur déterminant pour le pays.

C’est dans ce cadre, que le PNUD, en collaboration avec le ministère de la Solidarité des Droits de la Personne Humaine et du Genre, a procédé ce 3 avril à la remise officielle de 111 machines agricoles à 53 groupements pré-coopératifs actifs dans la production et la transformation du riz, du maïs, du manioc et de l’huile de palme. Les machines destinées à ces divers types de production sont composées de tracteurs, de moissonneuses-batteuses multi-récoltes, de décortiqueuses, de moulins, de presses à huile, etc. 

À long terme, La distribution de machines agricoles vise l’accroissement des revenus des coopératives agricoles et la pérennisation des actions déjà entreprises. « La remise de ce matériel permet, à ces groupements pré-coopératifs, de passer d’une phase de relèvementsocio-économique à une phase de réintégration durable » a ainsi déclaré Célestin Sindibutume, Secrétaire permanent du ministère de la Solidarité nationale, des Droits de la Personne Humaine et du Genre.

« Ces machines permettront d’augmenter la production de filières stratégiques mais aussi d’améliorer la sécurité alimentaire de plus de 30 000 personnes », a pour sa part souligné Natalie Boucly, Directrice pays du PNUD au Burundi.

Le PNUD s’est engagé depuis 2010 à contribuer à la création d’emplois et de nouvelles opportunités économiques en appuyant la reconstruction communautaire, la promotion de la cohésion sociale, la stabilité et la sécurité communautaire au Burundi. Par ce biais, la réintégration des rapatriés, déplacés et ex-combattants a été soutenue, notamment par la mise en place d’Activités génératrices de revenus (AGR).

La remise d’équipements agricoles va permettre d’assurer la sécurité alimentaire de 30 000 personnes© PNUD Burundi / Sandrine Sangwe / 2015 Le PNUD Burundi a remis le certificat de propriété de trois machines agricoles à chacun des représentants des 53 coopératives agricoles.

La Confédération des producteurs agricoles pour le développement (CAPAD) s’est vue confiée la mission de mettre en place des Groupements pré-coopératifs (GPC) et d’accompagner les associations de producteurs agricoles et d’élevage des provinces de Cibitoke, Bubanza, Bujumbura rural et Mairie de Bujumbura. « En 2012, au départ du projet, le programme bénéficiait directement à plus de 5000 personnes, aujourd’hui c’est à près de 12 000 personnes », a indiqué Mr Mathias Miburo le représentant légal de la CAPAD. « Les agriculteurs assistent aujourd’hui à un tournant significatif au sein de leurs groupements pré-coopératifs qui grâce à ces machines agricoles, vont, sans doute, doubler leur production » a-t-il ajouté. 

Les GPC, à qui ont été attribuées les machines agricoles, ont été sélectionnés à la suite d’un appel d’offre public et sur présentation par la coopérative d’un « projet » respectant certains critères comme l’implication des GPC dans les filières considérées, les volumes produits, l’impact potentiel des équipements sur leurs revenus et la sécurité alimentaire des ménages, ainsi que des possibilités d’insertion des jeunes et des femmes dans la production et dans les autres maillons des filières retenues (transformation, commercialisation, durabilité, etc.).

Pendant un an, les 53 GPC sélectionnés bénéficieront de l’appui et de l’accompagnement de la CAPAD pour la suite du projet. Les prochaines étapes concerneront la mise en place de formations à l’utilisation et la réparation des machines, la planification agricole, le renforcement des capacités et des structures coopératives, et un appui au développement et au renforcement de la durabilité des projets, notamment en matière de gestion financière et de recherche des marchés d’écoulement des productions, etc.

L’utilisation de ces équipements agricoles va non seulement contribuer à l’amélioration des conditions de travail des agriculteurs, mais également à l’accroissement des productions enregistrées au sein de chaque GPC bénéficiaire : « Nous venons de recevoir une moissonneuse-batteuse du riz. Auparavant, mener ces deux activités manuellement nous coûtait cher en main d’œuvre, car nous récoltons jusqu’à 6 à 7 tonnes de riz et le prix par sac nous revient à 4000 BIF. L’arrivée de ces machines va donc nous permettre d’économiser une grosse somme d’argent sur les salaires, que nous pourrons utiliser pour satisfaire d’autres besoins, notamment en nouveaux investissements. Nous venons de recevoir également un tracteur motorisé qui va sensiblement réduire le temps nécessaire pour cultiver, comme c’est le cas actuellement avec le motoculteur manuel », confie Odette Ntirampeba, présidente de la coopérative Girumwete dukore de la province Bujumbura-Rural.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe