La Brigade spéciale anti-corruption se dote d’un logiciel de gestion des inculpés pour crime économique

3 sept. 2015

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimamna / 2015 – Avec l’appui du PNUD, la Brigade anti-corruption a pu faire l’acquisition d’un logiciel de gestion des auteurs présumés coupables des infractions de corruption et des infractions connexes. Ce logiciel vient à point nommé pour permettre à la Brigade de perfectionner sa façon de travailler et d’améliorer la qualité de son travail de lutte contre la fraude économique.

 

Par Aaron Nsavyimana

Créée en 2007, la Brigade spéciale anti-corruption (BSAC) a pour mission la dissuasion en matière de corruption et autres infractions connexes. Jusqu’ici la Brigade traitait manuellement les dossiers des infractions et il lui était difficile de partager ses dossiers uniques avec les autres instances policières. Il s’en suivait par exemple que les individus poursuivis pour crimes économiques continuaient d’avoir des casiers judiciaires vierges, car ils n’étaient pas enregistrés à la police des parquets. Afin de remédier à cette situation, la Brigade a approché le PNUD pour l’aider à acquérir un logiciel de gestion des présumés coupables d’infractions à caractère économique qui relèvent de sa compétence exclusive. La mise en œuvre de ce logiciel va donner un souffle nouveau à la gestion des dossiers de la Brigade, car désormais ceux-ci seront partagés avec les différents intervenants de la chaîne pénale : police et juridictions.

Depuis sa création, la Brigade spéciale anti-corruption a ainsi pu bénéficier de l’appui du PNUD pour équiper les 9 commissariats régionaux en mobilier de bureau, équipement informatique, et matériel roulant, (camionnettes, pick-up). L’an dernier un lot de motos, ainsi qu’un minibus, utile au transport des biens saisis, avaient été octroyés à la Brigade pour renforcer son travail sur le terrain.

« Le logiciel va nous aider sur deux points essentiels », explique Jean-Claude Bizimana, directeur chargé des questions juridiques et administratives et de l’encadrement des officiers enquêteurs. « Premièrement il sera la mémoire des antécédents de l’inculpé. Avec le logiciel, toutes les données identifiant la personne seront saisies et gardées dans nos archives. Nous saurons si une personne inculpée est ici pour la première fois ou si elle a déjà été poursuivie pour d’autres faits de corruption ou de malversation économique. Deuxièmement, l’installation de l’intranet avant la fin de l’année, également financée par le PNUD, va grandement faciliter le suivi des dossiers des inculpés, et le travail d’encadrement des officiers enquêteurs. Désormais grâce à l’informatique, je saurai combien de dossiers ont été traités par officier et combien de temps  y a été consacré, etc. ».

« Ce logiciel va nous permettre de perfectionner notre façon de travailler, et  aussi à l’État de recouvrer son argent », continue Jean-Claude. Celui-ci souhaite que toute la chaine pénale soit également équipée, dont le parquet général, la cour anti-corruption et la cour suprême, afin que ces instances aient une vue commune sur la façon de gérer les dossiers de corruption.

Éric Kayanzari, officier chargé des projets de l’informatisation de la brigade renchérit : « Comme le parquet et la cour anti-corruption sont déjà en train de se doter d’une base de données, il est important que toutes les instances s’accommodent d’un même logiciel ou à tout le moins semblable. À l’avenir, Il sera facile d’interconnecter les trois institutions et de partager les données. Le coût d’investissement sera également d’autant plus réduit que le parquet et la cour pourront partager le même serveur ». Éric, tout comme Jean-Claude, considère déjà l’étape actuelle comme une véritable avancée. Aujourd’hui, les données de la Brigade pourront être partagées avec les autres corps de justice pour faciliter la détection des présumés criminels, spécifiquement la police des parquets qui délivre les casiers judiciaires. À cet effet, ils plaident pour l’informatisation de tout le système judiciaire burundais.

Pour Dismas Bakevyumusaya, commissaire général adjoint de la Brigade, ce logiciel va certes améliorer l’environnement de travail, mais ne résoudra pas les contraintes liées à l’insuffisance de moyens financiers et matériels, et  ressources humaines. « Seulement 42 officiers pour couvrir l’ensemble du pays », déplore-t-il. « Nous devons également nous perfectionner en matière de détection des infractions, des techniques  de recouvrement des avoirs et des mise à jour de la loi anti-corruption qui accuse pas mal de lacunes, notamment son alignement aux conventions internationales. Des lacunes qui limitent la Brigade dans sa lutte contre les crimes d’enrichissement illicite ».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe