Mettre fin à la pauvreté d’ici 2030 : présentation à Bujumbura des Objectifs mondiaux de développement durable

28 sept. 2015

© PNUD Burundi / Aude Rossignol / 2015 - Plus de 150 étudiants des universités du Burundi ont pris part avec beaucoup d'intérêt aux débats de la table ronde.

Par Aaron Nsavyimana

Ce vendredi 25 septembre 2015, au siège de l’ONU à New-York, les représentants des Nations du monde étaient réunis dans le cadre de l’Assemblée générale et pour l’adoption d’un nouveau programme de développement durable qui ambitionne de mettre fin à la pauvreté partout dans le monde d’ici 2030.

À cette occasion, le gouvernement du Burundi et le Système des Nations Unies ont organisé à Bujumbura une table ronde pour présenter officiellement les 17 Objectifs de développement durable (ODD) qui seront mis en œuvre à partir de 2016.  L’évènement a rassemblé plus de 200 personnes comprenant des représentants des partenaires gouvernementaux, de la coopération bilatérale et multilatérale, des ONG, de la société civile, du secteur privé et  150 étudiants venus des universités de Bujumbura.

« Les Objectifs de développement durable (ODD) constituent un appel mondial à l’action contre la pauvreté pour protéger la planète et pour assurer à tous les êtres humains la paix et la prospérité » a souligné le Coordonnateur résident du système des Nations Unies au Burundi, M. Agostinho Zacarias, en introduction de son discours d’ouverture.

Pour le Burundi, il constate qu’au moment où arrive l’échéance finale des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) au terme de cette année, les résultats sont plutôt mitigés, même si « des progrès substantiels ont été effectués, notamment en matière de scolarisation universelle au niveau du primaire, de la lutte contre le VIH/Sida, de l’accès des populations aux sources d`eau potables, de la réduction de la mortalité maternelle et des enfants de moins de cinq ans ». Des progrès significatifs dans la promotion de l’égalité des sexes sont également constatés, surtout en ce qui concerne la parité dans l’enseignement primaire et secondaire, ainsi que la représentation des femmes dans les principales institutions nationales notamment au Parlement.

« Beaucoup d’efforts restent encore à faire ne fut-ce que pour retrouver les niveaux que le Burundi avait déjà atteint au début des années 90 », constate Agostinho Zacarias. « Il est regrettable de noter qu’en 10 ans de conflit socio-politique, les indicateurs de développement économique et social ont régressé de 15 ans. On peut citer notamment l’incidence de la pauvreté monétaire, la sécurité alimentaire et la protection des écosystèmes ».

Pour sa part, M. Emmanuel Niyonkuru, ministre de l’Eau de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et du Tourisme a indiqué, « que malgré l’engagement du Burundi à réaliser les Objectifs du millénaire pour  le développement (OMD), et dont les ODD viendront continuer la mission d’éradication de la  pauvreté, de nombreuses contraintes ont entravé leur mise en œuvre. D’où leurs performances mitigées ». Il s’est réjoui que  deux grandes consultations nationales,  véritables clés de réussite,  aient précédé l’adoption  de ces ODD pour définir les priorités pour le Burundi, ainsi que la participation des différentes parties prenantes. « Au Burundi, les Nations Unies sous la conduite du PNUD, en collaboration avec le gouvernement ainsi que d’autres partenaires au développement, se sont déjà mobilisés en procédant à l’adoption et au lancement des ODD et à l’organisation d’autres activités y relatives », a continué le Ministre.

M. Agostinho Zacarias pendant son allocution d'ouverture de la table ronde.© PNUD Burundi / Aude rossignol / 2015 - Monsieur Agostinho Zacarias, Coordonateur résident du Système des Nations Unies au Burundi, pendant son allocution d'ouverture de la table ronde.

M. Agostinho Zacarias a conclu son allocution par la description des deux grandes thématiques qui selon lui devraient être au cœur de la stratégie du Burundi, à savoir la stabilité politique, la bonne gouvernance, et l’avènement d’une croissance économique inclusive, réductrice de la pauvreté et des inégalités
(Lire l'allocution).

La malnutrition et la démographie : deux enjeux de taille

D’autres problématiques comme la faim et les défis démographiques ont été abordés par les divers intervenants. L’UNICEF a ainsi interpellé l’assistance à propos de la malnutrition, chronique au Burundi, et sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les cibles fixées d’ici 2030, notamment par le renforcement des liens entre nutrition, sécurité alimentaire et agriculture.

De même le FNUAP et l’ISTEEBU ont décrit la nécessité de relever les défis démographiques qui impactent la croissance et le développement afin de parvenir à une planification familiale favorable. Déjà, le document cadre « Vision Burundi 2025 » concluait sur le fait que «  les politiques de croissance ne réduiront la pauvreté que si elles sont accompagnées par des politiques visant à ralentir la croissance démographique ». Il importe aujourd’hui d’agir sur la forte croissance démographique : 2,4% entre 1990 et 2008, pour la ramener à 2% à l’horizon 2025, notamment en parvenant à réduire l’Indice synthétique de fécondité (ISF) de 6,4 à 3 enfants par femme, d’ici à 2030.

Plusieurs intervenants se sont accordés sur le fait que l’un des grands enjeux pour le Burundi dans le cadre des ODD sera de réussir la transformation structurelle de l’économie burundaise pour  créer de la croissance et de nouveaux emplois décents. Les nombreux étudiants présents dans la salle, et qui seront bientôt confrontés au marché de l’emploi, ont particulièrement interpellé les orateurs sur les pistes de solutions à mettre en œuvre pour lutter contre les freins au développement de leur pays. Dans les mois à venir,  d’autres espaces de dialogue seront organisés à Bujumbura sur la mise en œuvre des ODD au Burundi.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe