#MardiJeDonne : des employés du PNUD s'engagent auprès des plus démunis !

1 déc. 2015

Ce mardi 1er décembre 2015, les associations caritatives, entreprises, communautés et étudiants du monde entier, se rejoignent pour une cause commune unique : célébrer la générosité, et offrir ! Le PNUD prend part à cette initiative mondiale intitulée Giving Tuesday!, ou Mardi je donne ! en français.

L’idée est simple. Penser tout simplement à une manière par laquelle nos familles, nos communautés, nos entreprises ou organisations pourraient se rassembler et donner quelque chose de plus. Cela peut être du temps, de la connaissance, de l’amour, des donations ou de la nourriture, des habits, un don d’argent.

Au PNUD Burundi cette semaine nous organisions une collecte de fonds et de vivre en faveur de 4 organisations caritatives de Bujumbura. Nous profitons aussi de cet événement pour mettre en lumière le bénévolat exercé par nos collègues.

Agnès réconforte les personnes indigentes hospitalisés

Agnès réconforte les personnes indigentes hospitalisés © PNUD Burundi / Aude Rossignol / 2015 - Quand je vois le sourire des gens que nous aidons, cela me procure une telle satisfaction ! Je ne peux expliquer ce que je ressens après… »


« Je suis bénévole dans l’association Kunda. Cette structure a été créée pour donner une réponse à la problématique des malades privés de liberté au Burundi car ils ne pouvaient pas payer leurs factures d’hôpital.  Plusieurs citoyens burundais ont trouvé cette situation triste et inhumaine. Ils se sont mis ensemble pour payer les frais d’hospitalisation et libérer les malades indigents. Les objectifs sont d’essayer d’alléger la souffrance par divers moyens : prise en charge de frais médicaux, dons en vivres, écoute... Nous collaborons avec les Amis de la croix de Jésus et les Sœurs de la Charité qui travaillent en milieu hospitalier. Ce sont eux qui identifient les gens qui ont besoin d’assistance.

« Quand je suis rentrée au Burundi après avoir vécu de nombreuses années à l’étranger, j’ai souhaité m’impliquer comme volontaire. Mon implication dans l’association Kunda se concrétise à travers des dons de vivres, des appuis financiers et de temps à autres je consacre du temps, surtout les Week Ends, pour visiter les malades. Quand une personne hospitalisée est isolée, il est très important que quelqu’un s’occupe d’elle, lui parle, passe du temps en sa compagnie. Nous aidons aussi ponctuellement pour enterrer dans la dignité les personnes qui sont décédées seules.

« Ce bénévolat a beaucoup de sens pour moi car nous sommes tous des êtres humains et la dignité est essentielle. Me mettre au service de personnes moins fortunées m’apporte beaucoup de satisfaction. Il suffit parfois de peu pour aider : Il y a des enfants dans les hôpitaux par exemple qui ne peuvent être guéris parce que leur mère n’a pas les moyens d’acheter le matériel pour réaliser des injections… Ce sont des petites choses que nous pouvons offrir et qui changent la vie des gens. Quand je vois le sourire des gens que nous aidons, cela me procure une telle satisfaction ! Je ne peux expliquer ce que je ressens après… »

« Être soigné est un droit humain essentiel. Voir les conditions actuelles de vie dans les hôpitaux est très difficile à supporter, mais quand je ressors de l’hôpital, malgré tout, je me sens ressourcée par le fait d’avoir fait une petite action pour les autres. Le petit sourire à la fin de chaque visite me donne le courage de continuer ».

Emmanuel s’engage auprès des jeunes

Emmanuel s’engage auprès des jeunes© VNU Burundi - « Chacun peut apporter sa pierre à l’édifice dans la construction d’un monde meilleur, il suffit juste d’aider sans rien attendre en retour ».


Emmanuel est volontaire des Nations Unies. En dehors des heures de bureau, il est bénévole dans l’association CODER UBUNTU. Cette organisation pour le développement et la réhabilitation sociale intervient en faveur des groupes vulnérables, particulièrement des orphelins. Les membres de l’association proposent un encadrement socio-sportif, un appui en matière d’éducation comme le paiement des frais scolaire. Pendant les vacances, CODER UBUNTU organise des jeux et animations favorisant la cohésion sociale, des camps de travail où les bénéficiaires, appuyés par l’association, identifient les plus vulnérables qui n’ont pas de logement et fabriquent pour eux des briques.

« Ma motivation m'est venue lors de mon travail dans une institution défendant les droits de l’homme où j’ai pu constater que les droits des groupes vulnérables  étaient  souvent bafoués. J’ai alors intégré cette association pour aider les démunis. Ce qui continue à me motiver spécialement, ce sont les témoignages des jeunes que nous avons appuyé et qui ont pu réussir dans la vie.

« Chacun peut apporter sa pierre à l’édifice dans la construction d’un monde meilleur, il suffit juste d’aider sans rien attendre en retour ».

Pascaline veille au bien être des enfants en milieu carcéral

Pascaline veille au bien être des enfants en milieu carcéral© PNUD Burundi / Patrice Brizard/ 2015 - « Nous avons besoin d’un monde sensible à la vulnérabilité des uns et des autres. De mon expérience de bénévolat Je retire la joie de donner. Je suis fière d’être utile à la société, cela me donne du sens et me rend vivante. »


Pascaline Barankeba, analyste à la coordination du Système des Nations Unies, participe de manière bénévole aux activités de l’association ONKIDI. C’est une organisation de la Communauté Laïque Catholique SEGUIM qui s’occupe de l’appui aux enfants vulnérables et aux orphelins. L’appui aux enfants vivant dans la prison de Mpimba fait partie de cette initiative charitable. « L’idée nous est venue lors des visites rendues aux personnes incarcérées. Nous avons vu qu’il y avait des femmes emprisonnées qui avaient avec elles des enfants en bas âge.

Nous avons été touchés par le fait que ces petits vivaient dans un environnement qui ne cadre pas avec leur bon développement psychosocial. Comme nous n’avions pas de fonds, quelques familles se sont mobilisées pour appuyer ces enfants en les encadrant à l’intérieur et à l’extérieur de la prison. Trois fois la semaine nous encadrons les enfants à travers les jeux et les activités ludiques. Quand cela est possible nous mobilisons une journée pour les sortir de la prison et les mettre en contact avec d’autres enfants afin de favoriser leur intégration dans la société.

« Nous avons besoin d’un monde sensible à la vulnérabilité des uns et des autres. De mon expérience de bénévolat Je retire la joie de donner. Je suis fière d’être utile à la société, cela me donne du sens et me rend vivante. »
 

Thierry mobilise des fonds dans le secteur de la santé

Thierry mobilise des fonds dans le secteur de la santé© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2015 - « C’est une fierté pour moi quand je vois qu’il y a des vies qui sont en train d’être sauvées, grâce à mon énergie et à ma volonté d’aider. Cela me renforce dans mon engagement ».


À côté de ces responsabilités au Programme national de volontariat des jeunes (PNVJ), Thierry est bénévole à l’association « SOS indigents malades », une chaîne de solidarité pour le droit à la dignité humaine, à la santé et à la vie.

« Ce qui m’a motivé, c’est d’être auprès des plus démunis, des malades qui n’ont pas de soutien. À travers le temps que j’investis, je contribue à améliorer leurs conditions de vie ».

Thiery participe notamment à l’accueil et l’écoute des indigents malades et leur apporte un soutien moral. Il s’investit en outre dans l’apport des appuis sous forme alimentaire, vestimentaire, médicale et financière. « Je prends part aux compagnes de sensibilisation et de plaidoyer de levée de fonds après des personnes morales et physiques tels les banques et les établissements publics et privés. Ces fonds servent à offrir un ticket retour aux malades indigents et un petit capital qui leur permet de démarrer une activité génératrice de revenus pour faciliter leur réintégration socio-économique. »

 « C’est une fierté pour moi quand je vois qu’il y a des vies qui sont en train d’être sauvées, grâce à mon énergie et à ma volonté d’aider. Cela me renforce dans mon engagement ».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe