100 jeunes volontaires reçoivent leur certificat de compétences après un an de mission bénévole

1 juil. 2016

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2015 – À Ngozi, les représentants du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, et du programme des Volontaires des Nations Unies, président à la remise des certificats de compétences à 100 jeunes volontaires du Programme national de volontariat des jeunes (PNVJ). Ces jeunes viennent d’accomplir une année de bénévolat dans des structures d’accueil et de service social.

Par Aaron Nsavyimana

À Ngozi, une centaine de jeunes se sont rassemblés pour célébrer la fin de leur mission bénévole. C’était l’occasion d’une cérémonie officielle où chacun s’est vu remettre, en présence de Son Excellence M. Jean Bosco Hitimana, ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, un certificat ou un passeport de compétences. Le  gouvernement du Burundi et le PNUD entendaient ainsi marquer l’achèvement de la première promotion du Programme national de volontariat des jeunes (PNVJ). Le projet, à l’initiative du ministère de la Jeunesse, des Sports  et de la Culture, reçoit l’appui financier et technique du PNUD et du programme des Volontaires  des Nations Unies (VNU).

Les jeunes volontaires du PNVJ sont mobilisés pour servir dans les domaines de l’éducation, la santé, l’agriculture, la formation aux métiers, la protection de l’environnement, l’assistance sociale et juridique, et l’appui institutionnel aux administrations communales et provinciales. Les volontaires de cette première promotion ont été déployés à partir de février 2015 dans 72 structures d’accueil des provinces de Bujumbura, Gitega et Ngozi.

À terme, l’un des objectifs de ce projet du Ministère est de former un Corps national de volontariat des jeunes, comme l’a rappelé le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, M. Jean Bosco Hitimana. « C’est la fin de votre mission dans les structures d’accueil, mais vous êtes le socle du futur Corps national de volontariat des jeunes ». Le Ministre a d’ailleurs rappelé que le processus de mise en place d’un cadre légal sur le volontariat national au Burundi est en cours. « C’est l’un des gages pour aboutir aux dispositifs nationaux pérennes pour le volontariat national », a-t-il ajouté.

S’adressant directement aux jeunes volontaires, M. Jean Bosco Hitimana a réaffirmé l’importance et l’utilité avérée de ces jeunes dans la vie sociale du pays. « Le Programme compte sur vous pour promouvoir le volontariat dans notre pays et à vous rendre toujours disponibles chaque fois que le pays aura  besoin de vous ».

Le Chargé du Programme VNU au Burundi, M. Benjamin Frowein, a rappelé  les premiers succès, dont peut se targuer le programme à l’issue de cette première année.  Il a notamment souligné l’existence aujourd’hui d’un corps de 254 jeunes volontaires, composé à 40% de jeunes filles, et engagés dans 184 structures d’accueil. Benjamin, lui-même volontaire international, souligne que ces jeunes volontaires sont venus renforcer la qualité des services rendus à la population, comme à l’état civil à Isale ou Bujumbura Rural. « Avant l’arrivée de Cyriaque,  comme agent d’enregistrement et de gestion des documents d’état civil, le bureau d’état civil était ouvert seulement le mardi. Les demandeurs de services perdaient beaucoup de temps avant d’être accueillis. Maintenant le bureau est ouvert du lundi au vendredi, et la population est satisfaite du service rendu ».

Les volontaires témoignent

Choisis par leurs pairs, Michel Nsengiyumva et Alice Akimana, ont délivré un témoignage percutant. Ils ont donné un aperçu global des réalisations de jeunes volontaires à Ngozi, Gitega et Bujumbura rural de mars 2015 à mars 2016. « Avant notre engagement dans le volontariat, nous étions soit au chômage, soit à préparer des diplômes universitaires ou en  fin du cycle des humanités. Nous nous réjouissons aujourd’hui d’avoir apporté un changement remarquable dans la vie des 250 000 bénéficiaires qui ont profité de nos services pendant l’année de notre mission. Nous sommes fiers d’avoir contribué ainsi au développement communautaire du pays », se réjouit Michel.

Les institutions bénéficiaires ne cachent pas non plus leur satisfaction. « Les volontaires  sont venus combler des vides importants dans la qualité de service offerte aux citoyens. Ils ont occupé parfois des services entiers qui manquaient cruellement de titulaires », explique Sylivana, gestionnaire d’une association de lutte contre le Sida à Ngozi.

Perspectives et continuité du Programme de volontariat national

Fort du succès de la première promotion, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture développe déjà un plan de maximisation d’impact du PNVJ et de sa durabilité financière. C’est par exemple dans le cadre d’un financement PBF III[1], que Le PNVJ va pouvoir étendre ses activités à une nouvelle province (Bujumbura Mairie) où il compte mobiliser une centaine de jeunes volontaires.

L’un des futurs objectifs du PNVJ est également de mettre en place le cadre légal d’un véritable Programme de volontariat national. Un décret présidentiel à venir définira et rendra exécutoire ce cadre légal, officialisant par la même occasion la création d’un Centre national de volontariat au Burundi (CNVB). Sous la supervision du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, le CNVB assurera alors l’animation et la gestion du programme de volontariat national, prenant la suite du PNVJ.

 

 

 

_______________________________
[1] PBF (Peace Building Fund) est le fonds de consolidation de la paix. Selon la définition des Nations Unies, « la consolidation de la paix comporte une série de mesures destinées à réduire le risque de tomber ou de retomber dans une situation de conflit … »

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe