Le Burundi valide les Objectifs et cibles de développement durable à prioriser au niveau national

20 juil. 2017

© PNUD Burundi / Patrice Brizard / 2017 - Les 18 et 19 juillet au Royal Palace Hotel, avec l'appui du PNUD, le Burundi a lancé un atelier de validation des Objectifs de développement durable (ODD) à prioriser au niveau national. Les membres du Comité national de pilotage des ODD posent en compagnie du 2e vice-président de la République, S.E. Joseph Butore.

 

Par Patrice Brizard

Bujumbura – C’est en présence du Comité national de pilotage des Objectifs de développement durable (ODD), de plus de 20 ministres, d’une dizaine de gouverneurs de Provinces, de hauts cadres de l’État, de parlementaires, des représentants des principaux partenaires et bailleurs du Burundi, ainsi que du corps diplomatique et consulaire accrédité à Bujumbura, que le 2e vice-président de la République, S.E. Joseph Butore, a prononcé solennellement ce mardi 18 juillet l'ouverture de l'atelier de validation du Rapport national de priorisation des Objectifs de développement durable (ODD) au Burundi.

La tenue de cet atelier de deux jours, visait à permettre aux différentes parties présentes, d’apporter leurs contributions en vue d’enrichir, puis valider, le Rapport national sur la priorisation des ODD. Dans le document qui leur était présenté, le Comité national de pilotage des ODD, en partenariat avec le PNUD, proposait pour le Burundi de prioriser 16 des 17 ODD, dont 46 cibles, composées de 103 indicateurs. Le Burundi n’ayant pas accès à la mer, l’ODD 14 n’a pas été retenu dans ledit rapport national.

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le 25 septembre 2015 17 Objectifs de développement durable (ODD) qui remplacent les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) depuis le 1er janvier 2016. Ces dix-sept objectifs, qui arriveront à terme en 2030, promeuvent aussi bien les droits économiques, sociaux et culturels que les droits civils et politiques, contrairement aux OMD qui avaient mis un accent sur les droits sociaux et culturels uniquement. Les ODD ont une approche holistique et promeuvent des politiques universalistes, tout en mettant l’accent sur les groupes les plus marginalisés / défavorisés, et en leur accordant une importance particulière de par son principe fondamental de « ne laisser personne pour compte ».

« La validation du rapport national de priorisation des ODD, constituera une étape très importante, et est très attendue pour notre pays, dans la mesure où le Burundi se dotera d’un document d’orientation nationale pour le développement durable », a plaidé le 2e vice-président. « Nul ne doute donc, que les débats qui vont se poursuivre dégageront des contributions qui répondront aux attentes de la population burundaise, et que des recommandations pertinentes permettront au Gouvernement de se doter des moyens permettant d’atteindre, les ODD d’ici 2030 », a-t-il ajouté.

À l'issue de l'atelier, le mercredi 19 juillet, le Ministre à la présidence en charge de la Bonne gouvernance et du Plan, S.E. Serge Ndayiragije a présidé la dernière séance de synthèse des grandes recommandations et de validation du rapport, et procédé à la clôture officielle de l'atelier.

Il est important que la dynamique impulsée à l’échelle internationale avec l’adoption des ODD se traduise également par la démonstration d’un engagement véritable et durable afin de promouvoir et protéger les droits économiques sociaux et culturels des Burundais. Il y a nécessité de renforcer les institutions, de lutter contre l’impunité et de favoriser l’accès à la justice à tous les citoyens, y compris de protéger en priorité les groupes généralement marginalisés dont les femmes, les enfants, les personnes vivant avec handicap, etc.

Lire également

Le discours de S.E. le 2e vice-président de la République