« Bujumbura 2045 » la vision d’un pôle urbain dynamique au cœur de l’Afrique

29 nov. 2017

Plan directeur « Bujumbura 2045 »

La vision d’un pôle urbain dynamique au cœur de l’Afrique

Par Aaron Nsavyimana

Bujumbura – Ce mardi 28 novembre, le président de la République du Burundi, S.E. M. Pierre Nkurunziza, a honoré de sa présence les cérémonies officielles de lancement du Plan directeur innovant de la ville de Bujumbura et ses alentours « vision 2045 ». Ce plan résulte d’un accord de coopération Sud-Sud intervenu en mai 2014 entre les gouvernements du Burundi et de Singapour, via la « Singapore Cooperation Enterprise » (SCE), et sous l’égide facilitatrice du PNUD.

« Aujourd’hui est une journée spéciale pour le pays qui marquera un grand pas dans le développement du Burundi et le bien-être des populations actuelles et futures. Nous allons entrer dans une nouvelle ère pour l’aménagement de nos villes, en commençant par Bujumbura la capitale du pays », a déclaré le Président Nkurunziza qui saisit cette occasion pour demander que le Plan directeur devienne une partie intégrante du Plan national de développement. En mettant ce Plan directeur en œuvre, à échéance de 2045, le Gouvernement veut faire de Bujumbura un carrefour commercial et d’affaires pour les pays de la sous-région.

Bujumbura est le point d’attraction de la majeure partie de la population active, notamment des jeunes, et la population urbaine de la capitale est aujourd’hui d’environ 800 000 habitants, concentrés essentiellement sur 121 km². « La densité humaine y est très élevée et peut même dépasser les 2000 hab./km² », a affirmé le président de la République.

Les projections montrent qu’en 2045 la ville de Bujumbura sera peuplée de 4 millions de personnes, soit environ 4000 hab./Km² sur une superficie de 913 km² cette fois-ci.  « Il est donc indispensable de recourir aux techniques appropriées d’une bonne planification urbaine, aussi bien dans les domaines de l’habitat, de l’économie, du social, de la santé, de l’éducation que dans d’autres projets de développement », a précisé le Président Nkurunziza.

Pour ce faire, le Président a annoncé l’extension de la ville de Bujumbura à deux autres villes jumelles, dont la deuxième ville, au nord, aura comme centre Gihanga et sera réservée aux activités industrielles, agricoles et d’élevage. Les hauteurs de Bujumbura, à l’est, et Kabezi, au sud, seront en priorité consacrées au tourisme et aux espaces naturels. L’actuelle Bujumbura gardera son rôle de centre commercial, d’affaire et d’administration. Le « Grand Bujumbura » couvrira alors trois provinces : Bujumbura Mairie, Bubanza et Bujumbura, sans toutefois annexer à Bujumbura Mairie les territoires des deux provinces périphériques concernés par les aménagements et développements prévus par le Plan directeur. « Au contraire », a affirmé le président Nkurunziza, « Le Plan permettra de planifier le développement des territoires voisins, en les considérant comme un tout, permettant une spécialisation avantageuse de chaque territoire, et le respect du schéma d’aménagement du territoire ».

Le chef de l’État a remercié le PNUD qui est toujours resté aux côtés du Burundi, depuis son indépendance, même pendant les moments difficiles, et pour sa contribution au financement de ce Plan directeur. Celui-ci permettra d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), notamment dans son objectif N°11, dans les domaines de l’accès à un logement décent, à l’eau potable et à l’assainissement, la jouissance des mêmes droits devant la loi, la protection de l’environnement, etc.

« Le nouveau Plan directeur se doit d’envisager une nouvelle distribution de l’occupation des sols qui tienne compte de la réalité socio-économique du pays », a quant à lui déclaré le Ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme, M. Célestin, Ndayizeye.

Distribution de l'occupation des sols
  Actuel 2045
Espaces naturels 13 % 47 %
Terres agricoles 70 % 17 %
Espaces urbains 17 % 36 %

Cet espace urbain sera également ventilé différemment par rapport à la situation d’aujourd’hui, notamment au profit de l’espace résidentiel, soit :

Ventilation des espaces urbains
  Actuel 2045
Zones résidentielles 8 % 18 %
Établissements publics 2 % 8 %
Parcs, espaces
ouverts au public
zones humides
5 % 6 %
Infrastructures
et routes
2 % 4 %

Le Ministre a ajouté que selon la vision 2045, les futures activités commerciales pourraient générer plus de 1,4 million d’emplois, et les activités industrielles plus d’1 million d’emplois.

Pour M. Garry Conille, Coordinateur résident du Système des Nations Unies et Représentant résident du PNUD, la ville de Bujumbura présente une position géostratégique clé et un réel potentiel de développement, notamment touristique. Toutefois, le ciel de la ville est lourd de menaces et obstacles, notamment en raison de la pression démographique qui verrait passer Bujumbura de 60 000 habitants en 1962 à plus de 2 millions à l’horizon 2030. Les carences énergétiques, le chômage, la vulnérabilité aux catastrophes naturelles ou encore l’absence d’une véritable planification actée dans un Plan d’occupation des sols constituent tout autant de menaces pour le futur développement urbain de la capitale burundaise. Le Plan directeur de Bujumbura 2045 ambitionne légitimement d’apporter une réponse à ces enjeux urbains potentiels et, répondant au président de la République et au Ministre Célestin Ndayizeye, M. Garry Conille a réaffirmé l’engagement ferme et inébranlable du PNUD, de continuer à soutenir ce projet en vue de rendre effective la vision 2045 du développement de la ville de Bujumbura dans un environnement de stabilité politique, de sécurité publique et de paix sociale.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe