Le Japon établit un partenariat avec le PNUD pour créer des emplois pour les jeunes à risque et promouvoir la cohésion sociale

24 mars 2017

© PNUD Burundi / Patrice Brizard /2016 - Le Japon apporte une contribution au PNUD pour financer la création d'emplois à haute intensité de main d'oeuvre pour les jeunes à risque et ainsi contribuer à plus de stabilité et de cohésion sociale.

Bujumbura, Burundi – Le Gouvernement du Japon a annoncé une contribution financière de 741 000 dollars américains pour aider environ 900 jeunes femmes et hommes du Burundi à créer de petites entreprises et contribuer au développement communautaire.

« La stabilité sociale dans la région est l’une des priorités du Japon, ce qui nous a décidé à apporter ce soutien à la jeunesse vulnérable du Burundi » a déclaré Son Excellence l’ambassadeur du Japon au Burundi, M. Takayuki
MIYASHITA, qui a ajouté que le Japon est un partenaire de long terme du Burundi.

Cette contribution ira à un projet du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), intitulé « Bâtir une résilience communautaire à travers des opportunités économiques pour les jeunes à risque ». L’initiative, qui durera un an, sera mise en œuvre conjointement avec le ministère de la Jeunesse, de la Culture et des Sports, avec des vues pour qu’elle soit prolongée au-delà de cette période initiale.

Les 900 jeunes du projet recevront un financement initial et une formation sur le démarrage d’une petite entreprise. Ils participeront également à des initiatives de développement des compétences visant à améliorer les relations entre les sexes et un meilleur engagement dans leurs communautés, afin de renforcer la résilience. Ces initiatives de sensibilisation ou de formations basées sur le genre, ou de création de clubs de jeunes pour la paix. Certains jeunes des zones marginalisées pourront bénéficier d’emplois à court terme pour des travaux de réhabilitation ou de construction d’infrastructures publiques de dimensions réduites comme des routes, des rigoles ou des rues. D’autres pourront acquérir des aptitudes professionnelles comme la soudure, la maçonnerie, la plomberie, ou la couture.

« Le PNUD est persuadé qu’investir dans la jeunesse burundaise et les populations vulnérables est essentiel pour la paix, la stabilité et le développement à long-terme », a déclaré la Représentante résidente a.i. du PNUD, Mme Natalie Boucly. « Le partenariat en cours entre le PNUD Burundi et le Japon vise à contribuer à cet objectif. La contribution du Japon fait suite à la contribution du PNUD au projet de 400 000 dollars américains ».

Le PNUD est l’agence chef de file en matière de relèvement rapide des communautés frappées par une crise et la
recherche de solutions durables axées sur une transition souple entre les activités humanitaires et celles de développement. Ces solutions durables devront s’assurer également que le genre et la vulnérabilité sont au cœur de leur approche.

La Coopération entre le Japon et le Burundi pour le développement a débuté dans les années 70. Depuis lors, le Japon a octroyé à ce pays une aide de plus de 300 millions de dollars américains. La coopération japonaise a particulièrement été orientée vers les transports, l’agriculture et les services sociaux de base, comme l’éducation et les soins de santé. En plus du soutien bilatéral, la coopération multilatérale à travers les organisations internationales, dont le PNUD, constitue une part importante de la contribution japonaise. En 2013-2014, la coopération entre le Japon et le Burundi pour le développement a également permis de soutenir la réintégration socio-économique des rapatriés burundais du camp de Mtabila en Tanzanie. Grâce à une contribution financière de 1 494 911 dollars américains, 3600 personnes, dont 1748 femmes, ont bénéficié d’emplois de courte durée sur les chantiers du programme « Mtabila ». Ces interventions ont permis la construction de 16 marchés et la réhabilitation de 29 pistes rurales qui ont contribué à l’amélioration de la cohésion sociale entre les populations rapatriées et leurs communautés d’accueil.

Pour de plus amples informations, contactez :

Aaron Nsavyimana, PNUD Burundi
Associé à l’information
aaron.nsavyimana@undp.org    
Tél. : +257 79 936 225

Shintaro Nakaaki
Ambassade du Japon au Burundi
shintaro.nakaaki@mofa.go.jp

Tél : +250 252 500 884

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe