Le gouvernement du Japon finance le gouvernement du Burundi à travers le PNUD, le PAM et l'UNICEF

26 avr. 2017

© PNUD Burundi / Patrice Brizard / 2017 - L'annonce par le gouvernement du Japon de continuer à soutenir le Burundi en débloquant une aide de 2 843 000 dollars américains, et qu'il attribue aux programmes des agences de l'ONU du PAM, du PNUD et de l'UNICEF

Le PAM, le PNUD, l’UNICEF et l’Ambassade du Japon au Burundi viennent d’organiser une conférence de presse conjointe en collaboration avec le Gouvernement du Burundi. Au cours de cette conférence, l’Ambassadeur a réaffirmé l’engagement de son gouvernement à poursuivre sa coopération.

Selon S. E. M. Takayuki Miyashita, Ambassadeur du Japon au Burundi, le nombre de jeunes sans emploi atteint un niveau inquiétant. Le Japon estime que l’emploi des jeunes est l’une des questions clés pour établir la paix et la stabilité sociale. Le Burundi est également confronté à des épidémies récurrentes de choléra et doit faire face à d’autres maladies liées à l’eau et à l’assainissement. De plus, le changement climatique est un enjeu mondial qui affecte aussi le Burundi et provoque l’insécurité alimentaire dans certaines provinces, comme par exemple Kirundo et Muyinga.

C’est dans ce contexte que le gouvernement du Japon a décidé de continuer à soutenir le Burundi en débloquant une somme de 2 843 000 dollars américains qu’il alloue à trois organisations des Nations Unies, à savoir le PAM, le PNUD et l'UNICEF.

Selon Madame Natalie Boucly, Directrice Pays du PNUD au Burundi, « le projet de création d’emploi des jeunes et cohésion sociale va bénéficier à au moins 900 jeunes femmes et hommes dans 9 zones d’intervention situées dans trois provinces : Bujumbura Mairie, Rumonge et Makamba. Ces jeunes, regroupés en associations bénéficieront ainsi d’un soutien pour démarrer de petites entreprises dans leurs communautés d’origine respectives ». L'Ambassadeur Takayuki Miyashita a précisé que ce type de projet était innovant pour le Japon et qu'il était particulièrement intéressé d'en voir les résultats.  

Monsieur Viktor Nylund, Représentant de l’UNICEF au Burundi, quant à lui, a souligné que cette contribution du Gouvernement du Japon est essentielle pour répondre aux besoins des enfants et des familles vulnérables en matière d’hygiène et d’assainissement. « 115 000 personnes, y compris les garçons et les filles à l’école, bénéficieront d’une eau potable et d’un assainissement adéquat. De plus, deux centres de nutrition thérapeutique pour le traitement de la malnutrition aigüe sévère recevront également de l’eau potable et un assainissement adéquat ».

Pour le Programme alimentaire mondial (PAM), la contribution du Japon permettra d’apporter une assistance nutritionnelle à 29 000 enfants de moins de 5 ans et 4200 femmes enceintes et mères allaitantes, en s’appuyant sur l’expérience déjà acquise dans la province de Ruyigi. « L’insécurité alimentaire et nutritionnelle signalée à Cankuzo avait très peu capté l’attention des donateurs et des acteurs humanitaires. Avec le financement du Gouvernement du Japon, le PAM a rapidement commencé la mise en œuvre du projet de prévention et de traitement de la malnutrition aigüe modérée à Cankuzo. Le projet couvre l’ensemble des 29 aires de santé que compte la province », a déclaré Madame Nicole Jacquet, Directrice a.i du PAM au Burundi.

La Secrétaire permanente du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, qui a représenté le gouvernement du Burundi, s’est déclarée satisfaite de l’appui du Japon. Madame Godefride Hakizimana remercie le Japon pour son soutien au Burundi pour l’aider à relever les défis auxquels est confrontée la jeunesse burundaise, en contribuant à leur autonomisation à travers des projets répondant à leurs attentes. C’était aussi pour elle une opportunité de rendre hommage au Système des Nations Unies pour les efforts fournis aux côtés du Gouvernement.

Son Excellence, l’Ambassadeur Takayuki Miyashita, a déclaré être persuadé que l’UNICEF, le PNUD et le PAM amélioreront la situation des Burundais et promet que son pays va continuer à maintenir et renforcer la coopération avec le Burundi.