Journée internationale de la paix, 2017

23 sept. 2017

© PNUD Burundi / Patrice Brizard / 2017 - Au Centre jeunes de Kamenge, quartier Cibitoke à Bujumbura, le Coordinateur résident des Nations Unies, Garry Conille, adresse un message de paix sur la radio Colombe avant les cérémonies d'ouverture de la Journée consacrée à la paix..

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE COORDONATEUR RÉSIDENT
DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES
AU BURUNDI

C’est un honneur et un plaisir pour moi de m’adresser à vous à l’occasion de la Journée Internationale de la paix. L’Assemblée générale des Nations Unies, soucieuse de contribuer au renforcement de l’idéal commun de paix et à atténuer les tensions et les causes de conflits dans le monde, a instauré cette journée pour que l’humanité réfléchisse, s'interroge, échange et prenne conscience de l’importance de la paix, tant au sein des nations et des peuples qu’entre ceux-ci.

Au Burundi, comme ailleurs, traditionnellement diverses initiatives sont organisées pour marquer cette journée qui illustre l’engagement mondial en faveur de la paix.

Le thème retenu cette année pour la célébration de la Journée est « Ensemble pour la paix : respect, dignité et sécurité pour tous ». Et pour lui donner sa couleur locale, ici au Burundi, le thème choisit est : « Une jeunesse engagée en faveur de la paix pour un développement durable, garant du respect, de la dignité et de la sécurité pour tous ».

Une  journée comme celle-ci nous offre à tous l’occasion de nous interroger sur notre propre vécu. L’occasion de ce demander individuellement et collectivement : Comment est-ce que je contribue à la paix : au respect, à la dignité et à la sécurité pour moi-même, et pour mon pays ? Que puis-je faire dans ma vie de tous les jours pour contribuer à une culture de respect, de dignité et de sécurité dans ma communauté, sur mon lieu de travail et dans mon pays ?

Voila le message central que j’aimerais que vous portiez avec vous pendant la journée et les jours à venir :  parce que la paix, chers amis,  est et restera, l'aspiration fondamentale des hommes et des femmes  de  tous les horizons. Elle doit être un effort collectif, continu et soutenu.

Sans la paix, l’avenir  d’une nation est mis en cause, car sa population est privée de la possibilité de se développer, de créer des emplois, d’éduquer la jeunesse,  de protéger l’environnement, de lutter contre la pauvreté, et de faire avancer la justice sociale.

Au Burundi, l’histoire tragique que le pays a traversée est un rappel douloureux et constant que nous devons toujours défendre, par le dialogue et le respect d’autrui, les principes de paix, de liberté, de justice, de tolérance, de démocratie et de solidarité.  

Le rôle de la jeunesse dans ce processus est central, particulièrement dans un pays comme le Burundi, où elle représente 66 % de la population nationale. C’est une force importante pour l’atteinte  de l’Agenda 2030 et des Objectifs de développement durable (ODD).

Il est donc impératif d’investir dans la jeunesse pour  transformer leur énergie en force pour la paix et le développement durable.

Des initiatives diverses en matière de consolidation de la paix ont été organisées, notamment par les Nations Unies au Burundi, en étroite collaboration avec le gouvernement. À titre d’illustration, les projets de consolidation de la paix soutenus par le Fond de consolidation de la paix (PBF), ciblent, entre autres, les jeunes et les femmes en favorisant leur participation aux échanges, et en renforçant leur rôle en tant qu’acteurs et actrices de paix. Aujourd’hui, les acquis sont tels que des mécanismes communautaires sont en place et sont très actifs en matière de consolidation de la paix.

Les projets réalisés en faveur des jeunes touchés par les conflits visent la promotion des comportements favorables à la tolérance et à la cohésion sociale avec, comme point central, les valeurs dites d’UBUNTU, ainsi que la création d’emplois au profit des jeunes.

Grâce à ces projets, des clubs de paix et des espaces de dialogue communautaire ont été créés. Ils permettent aux jeunes, y compris les jeunes volontaires, de participer à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix.

Par ailleurs, le réseau des femmes médiatrices pour le dialogue, la paix et la sécurité, composé de 534 femmes et les Noyaux de base communautaire, composés de 14 525 femmes, constituent un relais efficace pour la culture de la paix, le dialogue inclusif et un point de départ pour le développement. Ce réseau constitue également un cadre efficace de positionnement de la femme sur toutes les questions en rapport avec la vie nationale. Les femmes participent activement aux dialogues communautaires provinciaux, au processus de dialogue politique et réalisent des activités génératrices de revenus. Leurs interventions ont également trait à la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre.

La paix n’est pas un slogan, il faut la vivre au quotidien. Nous devons avoir le courage, nous tous, d’innover et de nouer des partenariats pour une paix durable au pays.

Avant de terminer mon propos, permettez-moi de remercier vivement tous nos partenaire  au Burundi pour leur engagement en faveur de la paix et pour votre présence aux présentes activités de célébration de cette Journée.

Mes remerciements vont, ensuite, à tous ceux qui se sont investis pour que cette Journée puisse être organisée. Sans pour autant être exhaustif, permettez-moi de citer certains d’entre eux :

  • Les jeunes des associations ici présents qui ont contribué efficacement  à ces célébrations ;
  • Les médias et les journalistes qui ont contribué à l’identification des messages de paix ;
  • Le Centre jeunes Kamenge, hôte de ces cérémonies ;
  • Les Groupes d’artistes qui vont agrémenter cette journée ;
  • Le Groupe intégré communication (GIC) du Système des Nations Unies qui a travaillé si dur en collaboration pour organisé cet événement.

Enfin, dans les mots d’Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies,  engageons-nous à œuvrer ensemble – aujourd’hui et chaque jour – en faveur de la paix, que nous désirons et méritons tous.

Que Vive la paix au Burundi et dans le monde: GIRAMAHORO !

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe