Lancement du Plan directeur « Bujumbura, vision 2045 »

28 nov. 2017

© PNUD Burundi / Patrice Brizard / 2017 - Le Coordinateur résident du Système des Nations Unies et Représentant résident du PNUD prononce son discours pendant la cérémonie officielle de lancement du Plan directeur Bujumbura 2045.

DISCOURS DU DR. GARRY CONILLE, REPRÉSENTANT RÉSIDENT DU PNUD,
À L’OCCASION DES CÉRÉMONIES DE LANCEMENT DU PLAN DIRECTEUR « BUJUMBURA, VISION 2045 ».

 

Excellence Monsieur le président de la République,

Honorables Parlementaires,

Excellence Monsieur le Ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme,

Excellences Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement,

Monsieur le Maire de la ville de Bujumbura,

Mesdames Messieurs les Gouverneurs de provinces

Mesdames, Messieurs les hauts cadres de l’État,

Mesdames, Messieurs les représentants des missions diplomatiques et consulaires,

Distingués invités,

Chers représentants de la « Singapore Cooperation Enterprise », et de la société Surbana,

Chers Collègues du Système des Nations Unies,

Chers journalistes,

MWARAMUTSE

J’éprouve un immense plaisir à prendre la parole devant cette auguste assemblée au moment où l’on procède officiellement au lancement du Plan directeur de la ville de Bujumbura, vision 2045, qui trace les grandes lignes d’une stratégie sur 30 ans pour le développement et la croissance urbaine de Bujumbura.

Ce plan ambitieux et courageux projette un pont solide sur l’espace de nos visions et ambitions où l’avenir de la ville prend forme dans le concret d’infrastructures modernes et le schéma d’un développement socio-économique, dans un environnement de stabilité politique, de sécurité publique et de paix sociale.

La présence parmi nous de Son Excellence, Pierre Nkurunziza, Chef de l’État burundais témoigne de la qualité de l’engagement citoyen et de l’importance capitale que le gouvernement du Burundi attache au développement de la ville de Bujumbura. Cette mégapole est à la fois capitale urbaine, politique, sociale et économique du pays, et son rapide taux d’urbanisation cache pas mal de défis qu’il convient d’affronter et de relever rapidement pour qu’elle réponde aux attentes légitimes des citoyens et citoyennes qui l’habitent.

Nous nous réjouissons, aujourd’hui, de l’aboutissement de ce projet, fruit d’une coopération solidaire et fructueuse entre les gouvernements du Burundi, de Singapour et le PNUD, dont l’objectif est le développement urbain de Bujumbura et de ses localités environnantes.

Je me permets en la circonstance de rappeler que les débuts de cette coopération remontent au 27 mai 2014. En ce jour marqué de la pierre blanche de la solidarité internationale, un accord de collaboration est intervenu entre  les gouvernements du Burundi et de Singapour, via  la « Singapore Cooperation Enterprise » (SCE), sous l’égide facilitatrice du PNUD. La mise en œuvre de ce partenariat a été concrétisée par les représentants des deux pays par la signature d’un document de projet consacrant cette assistance, lors d’une cérémonie organisée le 10 juillet 2014 à Bujumbura.

 

Excellence Monsieur le président de la République,

Mesdames, messieurs,

Conscient de l’intérêt que représente une ville répondant aux normes internationales de développement, le PNUD se félicite d’avoir appuyé ce projet, dont la mise en branle nous réunit aujourd’hui. L’occasion nous est ainsi offerte de remercier et féliciter le ministère en charge de l’Environnement et de l’Urbanisme qui s’est dévoué avec patriotisme inlassable pour aboutir à la validation du Plan directeur de Bujumbura visant à en faire une capitale moderne, c’est-à-dire une ville dynamique, prospère, compétitive, sûre et verte.

Ce plan se refuse aux imaginations fumeuses d’un idéal lointain et souvent inaccessible. Il jouit du mérite de prendre en compte les virtualités et les potentialités intrinsèques de la ville de Bujumbura et remédie à certains de ses défis et déficiences, car, à bien considérer, la ville de Bujumbura présente une position géostratégique clé et un réel potentiel de développement, notamment touristique. Toutefois, son futur développement urbanistique est lourd de menaces qui lui viennent notamment de la pression démographique (de 60 000 habitants en 1962 à plus de 2 millions d’habitants projetés à l’horizon 2030) ; de carences énergétiques ; du chômage ; de la vulnérabilité aux catastrophes naturelles ou encore du déficit de planification et d’occupation des sols. Le plan directeur de Bujumbura 2045 ambitionne légitimement d’apporter une réponse aux enjeux urbains potentiels et aux vices mineurs inhérents au développement même, à savoir : embouteillages, dégradation de l’environnement, étalement urbain, chômage, criminalité. Dans la logique de la Vision 2025, le gouvernement du Burundi réserve le septième de ses huit piliers à l’aménagement du territoire et à l’urbanisation et en ligne droite avec l’objectif 11 des Objectifs de développement durable adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies à l’horizon 2030, et dont le Burundi vient de valider les objectifs et cibles à prioriser au niveau national.

 

Excellence Monsieur le président de la République,

Mesdames, Messieurs,

C’est dans le souci de développer les potentialités de la capitale du Burundi et d’utiliser une approche de planification intégrée dans une perspective de développement durable, qui permettra d’offrir un meilleur cadre de vie et de travail, que le PNUD s’est engagé à appuyer le projet « Bujumbura 2045 : un plan directeur innovant pour guider le développement de la capitale du Burundi ». Ce projet s’inscrit dans le canevas d’une coopération Sud-Sud du PNUD et s’agrémente de l’expertise technique de Singapour au profit des habitants de Bujumbura. Le cœur de ce mécanisme de coopération Sud-Sud avec Singapour s’irrigue de l’assistance technique, des services de consultants et du partage des bonnes pratiques de la Singapore Cooperation Enterprise (SCE).

Pour rappel, cette entité singapourienne d’expertise a été formée par le Ministère du Commerce et de l’Industrie et le Ministère des Affaires étrangères de Singapour dans le noble but de disposer d’un département ouvert aux nombreuses demandes d’autres pays désireux d’exploiter l’expérience liée au développement de Singapour qui a été une véritable réussite.

En effet, en 40 ans, Singapour a réussi à passer d’un pays du tiers-monde – traînant un surpeuplement massif, un manque de services publics et un taux de chômage élevé - à un pays développé (« from third to first world ») en développant une vision pour une croissance durable. Aujourd’hui son succès est devenu une référence de développement pour la Banque mondiale, inspirant de grands pays comme la Chine.

Je reste convaincu que le Burundi peut être un Singapour de l’Afrique en l’espace d’une génération, il s’agit seulement pour le Gouvernement et les partenaires de se serrer les coudes pour gagner ce formidable pari.

 

Excellence Monsieur le président de la République,

Mesdames, messieurs,

La mise en œuvre de ce plan demande certes la contribution de plusieurs partenaires et une participation active du Gouvernement à la mobilisation de fonds. C’est pourquoi nous invitons le ministère de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme à prendre des mesures idoines destinées au renforcement de l’unité de gestion. C’est à ce prix que seront assurés le suivi adéquat du projet et la mise en ligne du Plan directeur, afin de rendre plus accessible cet outil de mobilisation des ressources pour la future ville de Bujumbura vision 2045.

Au nom du PNUD, que je représente aujourd’hui, je réitère ici, aujourd’hui, l’engagement ferme et inébranlable, à l’unisson des autres acteurs de développement et amis du Burundi, à soutenir ce projet en vue de rendre effective la vision 2045 de la ville de Bujumbura.

Je terminerai mon propos, en renouvelant mes sincères remerciements à Son Excellence, Monsieur le président de la République du Burundi, ainsi qu’à vous tous ici présents pour avoir accepté de participer à cet évènement consacré au lancement officiel du Plan directeur de Bujumbura vision 2045.

Que vive la coopération Sud-Sud,

Vive le Burundi !

Vive la ville de Bujumbura !

MURAKOZE

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe