Comité de pilotage "Gestion communautaire des risques de catastrophes liés aux changements climatiques"

28 mars 2018

© PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2018 - M. Ernest Bamou, Directeur pays a.i du PNUD prononce son allocution d'ouverture du Comité de pilotage sur la Gestion communautaire des risques de catastrophes liés aux changements climatiques.

Allocution du Directeur Pays du PNUD

 

Monsieur le Président du Comité de pilotage,

Madame, Messieurs les Gouverneurs,

Mesdames, Messieurs les membres du Comité de pilotage,

Chers collègues,

C’est un agréable devoir et un réel plaisir pour moi de prendre la parole, au nom du Directeur pays du PNUD empêché, en cette occasion d’examen du rapport des progrès du projet « Gestion communautaire des risques de catastrophes liés aux changements Climatiques », qui vise à rendre plus résilientes aux risques des catastrophes liés aux changements climatiques, les communautés des provinces couvertes par le projet.

Je remercie le ministère de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme, à travers son Secrétaire permanent pour la bonne collaboration de nos deux institutions, dans la mise en œuvre de ce projet, y compris les autres en cours d’exécution à savoir : le « Projet d’appui au système d’aires protégées pour la conservation de la Biodiversité » et le « Plan Directeur de la ville Bujumbura : Vision 2045 ».

Je profite de l’occasion pour féliciter la direction nationale et l’équipe du projet pour l’organisation de ce comité de pilotage afin que nous puissions prendre connaissance des progrès réalisés, analyser les éventuelles difficultés rencontrées et formuler des recommandations de nature à éclairer la poursuite de la mise en œuvre du projet dans de meilleures conditions.

Mesdames, Messieurs,

À la veille de la Conférence des Parties, connue sous le nom de COP21, qui s’est tenue à Paris en 2015, nos dirigeants étaient confrontés à un dilemme fondamental : « maîtriser les risques du changement climatique sous peine d’être incapables de juguler cette menace ». Aujourd’hui, notre compréhension de l’échelle des risques posés par le changement climatique est beaucoup plus profonde et étayée par des éléments probants dûment vérifiés et universellement acceptés.

Selon les simulations effectuées ci et là et en l’absence de mesures supplémentaires visant à atténuer le changement climatique, l’effet négatif combiné sur le Produit intérieur brut (PIB) mondial annuel pourrait être compris entre 1 % et 3,3 % d’ici 2060. Les conséquences nettes sur l'économie seraient particulièrement prononcées en Afrique, où les économies régionales sont vulnérables à toute une série d’impacts climatiques. Le changement climatique ralentit actuellement de 1,6 % la production économique mondiale, et ce chiffre devrait doubler d'ici 2030, l’horizon des Objectifs de développement durable (ODD) si rien n’est fait.

C’est dans ce cadre que le PNUD en général, et le PNUD Burundi en particulier, ne ménage aucun effort pour mobiliser la communauté internationale et les fonds pour appuyer les programmes et projets que le gouvernement du Burundi développe ou envisage de développer dans le cadre de son plan de développement national ou de ses politiques sectorielles visant à rendre les institutions, les communautés et les populations plus résilientes aux risques des catastrophes naturelles, dont les plus grandes relèvent du fait des changements climatiques.

Le PNUD se réjouit de l’engagement déjà pris par le gouvernement du Burundi en adhérant et en mettant en œuvre les instruments internationaux relatifs aux mesures d’adaptation aux changements climatiques afin de prévenir les risques de catastrophes, de se préparer et de pourvoir des réponses adéquates en cas de ces catastrophes.

Mesdames et Messieurs,

Autant le PNUD a reconnu que l’année 2016 a été consacrée aux activités structurantes telles que la mise en place des organes décisionnel et opérationnel du projet, l’appropriation du projet par les services publics, l’administration et les communautés ainsi que l’achat des équipements hydro-météorologiques, autant il note avec satisfaction que l’année 2017 a été une année des réalisations concrètes sur le terrain, au niveau des communautés et des infrastructures aussi bien publiques que privées. C’est ainsi que nous notons avec satisfaction, les progrès réalisés avec les actions d’aménagement des bassins versants dans les communes d’intervention et la protection des berges de la rivière Ntahangwa en Mairie de Bujumbura.

Nous encourageons l‘équipe de gestion du projet et toutes les parties prenantes à maintenir le cap et passer à la vitesse supérieure dans la mise en œuvre des activités du prochain Plan de travail annuel, de manière à assurer un taux de réalisation financière et des résultats de 100 %.

Je voudrais profiter de cette occasion, pour partager avec vous le message particulier du PNUD. Ce message est le suivant : Grâce à notre partenariat fructueux, d’autres projets sont en train de voir le jour et sont aujourd’hui à des phases bien avancées de préparation. Il s’agit notamment : du projet de la résilience aux changements climatiques déjà soumis au Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et du Programme national d’adaptation aux changements climatiques, qui sont en cours d’élaboration et seront soumis bientôt au Fonds vert climat.

Mesdames et Messieurs,

Pour terminer, je réitère l’engagement du PNUD à toujours accompagner le Burundi pour que les risques de catastrophes liées aux changements climatiques soient sensiblement réduits et pour que le Burundi soit plus résilient à ce phénomène.

MURAKOZE CANE, Je vous remercie.  

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe