Téléchargez ce document

Stratégie nationale de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption 2011-2015

29 août 2012

Depuis bientôt trois décennies, la bonne gouvernance est devenue un concept clé dans les débats internationaux sur le développement et dans les politiques des institutions financières internationales sur l’aide aux pays en développement.

La bonne gouvernance se justifie non seulement au regard de la modernisation qu’elle implique au niveau de l’administration, mais surtout dans la mesure où elle se donne pour objectifs la consolidation de la démocratie et de l’état de droit ainsi que la promotion du développement humain durable.

La consolidation de la bonne gouvernance constitue le meilleur rempart à la corruption, un des freins au développement du pays et une des premières causes des violations des droits de l’homme au Burundi. En effet, en vue de prévenir la résurgence des conflits cycliques qui ont secoué le Burundi depuis son accession à l’indépendance, les signataires de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi ont convenu, comme mesures d’ordre général, en son chapitre II, article 5, paragraphe 1er « l’instauration d’un nouvel ordre politique, économique, social, culturel et judiciaire au Burundi, dans le cadre d’une nouvelle constitution inspirée des réalités du Burundi et fondée sur les valeurs de justice, de la primauté du droit, de démocratie, de bonne gouvernance, de pluralisme, de respect des droits et libertés fondamentaux des individus, d’unité, de solidarité, d‘égalité entre les hommes et les femmes, de compréhension mutuelle et de tolérance entre les différentes composantes politiques et ethniques du peuple burundais ».

 

« Pour que le Burundi soit un havre de paix et de développement pour tous, nous devons changer de comportement. Nous allons consolider la Bonne Gouvernance. Nous proclamons déjà la Tolérance zéro à tous les coupables d’actes de corruption, de malversations économiques et d’autres infractions connexes ». (Extrait du discours prononcé par SEM. Pierre NKURUNZIZA, le 26 Août 2010).

La stratégie vise les objectifs spécifiques ci-après :

  • l’instauration d’une culture de redevabilité à tous les niveaux de responsabilité ;
  • l’amélioration de la transparence dans la gestion des affaires publiques ;
  • l’amélioration de la performance de l’administration publique ;
  • le renforcement de l’État de droit ;
  • le renforcement de la participation des citoyens et de la société civile dans le choix de ses dirigeants et dans la gestion des affaires publiques ;
  • le renforcement de l’équité et de l’inclusion dans la gestion des affaires publiques ;
  • la prévention et la répression de la corruption et des infractions connexes ;
  • l’amélioration de la vision stratégique.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global