© Patrice Brizard / PNUD Burundi / 2019 – À Buhiga en province Karuzi, Le représentant du ministère de l’Intérieur anime les travaux de groupe sur la prévention et la résolution des conflits au Burundi, afin d’ouvrir le dialogue sur les mécanismes locaux de prévention et de résolution de ces conflits, et plus spécifiquement sur les conflits qui agitent les communautés.

 

Par Patrice Brizard

Buhiga - Karuzi – Ce jeudi, 21 novembre, à Buhiga en province Karuzi, 60 délégués de trois communes de la province (Buhiga, Mutumba, Bugenyuzi) étaient réunis pour dialoguer sur les mécanismes locaux de prévention et de résolution des conflits au Burundi, et plus spécifiquement sur les conflits qui agitent leurs communautés. Il s’agissait ici de renforcer l’interaction entre la population et les acteurs d’application de la loi, grâce notamment à la mise en place d’espaces de concertation et de collaboration entre trois mécanismes de résolution de conflits parmi les plus récurrents en matière de droit foncier et de droit de la famille.

Des équipes conjointes des ministères et des agences de l’ONU, partenaires du projet,sillonnent actuellement le pays, notamment ce jour à Buhiga, afin de s’assurer de la bonne mise en place dans les communautés de ces stratégies de collaboration et du développement de synergies entre les différents mécanismes de prévention/résolution des conflits. L’objectif de ces missions sur le terrain étant également de juger de l’effectivité et de l’efficacité de ces mécanismes de résolution des conflits et de la meilleure approche pour collecter des données conjointes et de communication sur les résultats.

Eugénie Bancako, cheffe de groupe représentant la commune de Buhiga en province Karuzi, explique que « ce mécanisme de concertation et de collaboration entre acteurs locaux, qui vient d’être instauré, arrive à point nommé. À Karusi, on rencontre différents types de conflits : politiques, familiaux, sociaux, fonciers, mais également des violences basées sur le genre, comme le viol. Dans tous ces conflits ce mécanisme vient aider un plus large éventail de structures impliquées dans la résolution pacifique des conflits, mais qui jusqu’ici touchaient peu de monde ou n’arrivaient pas à aider les communautés à résoudre leurs problèmes ».

C’est grâce à un financement du Peace Building Fund (PBF) des Nations Unies, que le projet de « Renforcement des mécanismes locaux de prévention et de résolution des conflits au Burundi » a conjointement été mis en œuvre par le PNUD, ONUFEMMES et l’OIM. Pour sa part, l’OIM a déployé du personnel sur le terrain, tandis que ONUFEMMES et le PNUD ont signé des accords de partenariat pour la mise en œuvre d’activités de sensibilisation des acteurs locaux des communautés, notamment avec le ministère de l’Intérieur, de la Formation patriotique et du Développement local, qui est en charge de la coordination des activités au niveau central et local, et le ministère de la Justice, de la Protection civique et Garde des sceaux. Le ministère de l’Intérieur, avec l’implication de l’administration provinciale et communale et des acteurs locaux a mis en place des espaces de concertation et de collaboration entre les acteurs impliqués localement dans trois mécanismes de résolution de conflits à savoir : « Femmes Médiatrices », « Aide légale et « Prise en charge Psycho-sociale ». À terme, ces mécanismes doivent développer des stratégies de collaboration et de référencement pour plus d’efficacité.

Demain, les équipes conjointes des ministères et du PNUD vont reprendre la route pour une nouvelle étape, direction Mwaro, où une fois encore va se jouer l'inlassable travail de sensibilisation des délégués des communautés de cette province.

Icon of SDG 05 Icon of SDG 10 Icon of SDG 16

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global