Des femmes reçoivent une lampe solaire distribuée par le PNUD
© PNUD Burundi/ Fleury Kid Ineza /2019 – « Désormais nos maisons seront éclairées, et nos enfants pourront apprendre leurs leçons sous une bonne lumière », déclare une femme bénéficiaire des équipements solaires distribués par le PNUD.

 

Par Marcel Telliano

Bubanza – « C’est un jour spécial grâce à ce don de lampes solaires », s’exprime une bénéficiaire de l’initiative du PNUD « Autonomisation des femmes à travers l’énergie », lors de la remise officielle de ces équipements solaires à Bubanza. « Désormais nos maisons seront éclairées, et nos enfants pourront apprendre leurs leçons sous une bonne lumière », ajoute-t-elle à l’intention du Représentant résident a.i. du PNUD, Monsieur Alfredo Teixeira, du Gouverneur de la province de Bubanza, Monsieur Butoyi Nobus Thérence, du représentant de l’ONG Word Vision[1] et de journalistes membres du réseau des journalistes burundais sensibles aux questions de genre.

L’accès à l’énergie, un défi pour le développement du Burundi
« Malgré les potentialités avérées en énergie verte, la majeure partie des populations de l’Afrique vit dans le noir une fois la nuit tombée », a martelé Alfredo Teixeira dans son discours de circonstance. « Les femmes sont les plus affectées, car c’est à elles que revient le plus souvent le rôle de s’occuper des enfants, de cuisiner et de collecter le bois », a-t-il ajouté. Les forêts burundaises sont d’ailleurs menacées par l’utilisation excessive du bois de chauffe, comme principale source d’énergie des ménages, ce qui pour le coup aggrave les risques de catastrophes naturelles. À Bubanza, comme dans les autres provinces du pays, l’accès à l’énergie constitue l’un des goulots d’étranglement des initiatives économiques engagées par le Gouvernement et ses partenaires, pour parvenir à la « transformation structurelle de l’économie du pays en vue de réduire la pauvreté », une priorité majeure exprimée dans le Plan national de développement (PND) 2018-2027 du Gouvernement.

L’inconfort de l’obscurité rend les tâches ménagères ou les soins donnés aux enfants plus difficiles pour les femmes. Elles ont, en outre, la lourde responsabilité de la corvée du bois de chauffe, qui sert aussi bien pour la cuisine que pour l’éclairage, et ce malgré l’inconfort matériel et les risques sanitaires occasionnés par la fumée et des foyers mal ventilés. Le manque d’électricité handicape également les enfants dont la scolarité dépend fortement des capacités du ménage à leur fournir des lampes torches pour réviser leurs leçons et faire leurs devoirs. Une solution inadaptée qui a des conséquences négatives, aussi bien sur leur santé que sur leur motivation à poursuivre leurs études. 

Une initiative catalytique
Les défis liés aux inégalités entre les sexes, ainsi qu’au manque d’accès à une énergie propre, sont au cœur du mandat du PNUD pour parvenir à un monde plus juste et équitable où les hommes et les femmes seront plus résilients aux chocs socio-économiques et aux changements climatiques. C’est dans cette optique que le PNUD a lancé dans les localités de Mutimbuzi, Bubanza, Bugarama, Busoni (Kirundo) et Kayogoro (Makamba) cette initiative pilote d’« Autonomisation des femmes à travers l’accès à l’énergie ».  Au total, 455 femmes, dont 27 Batwa et 7 personnes vivant avec un handicap, regroupées dans 11 associations, ont été dotées de systèmes individuels ou collectifs d’éclairage solaire et recharge des téléphones. Elles ont aussi été formées à la fabrication des foyers améliorés pour diminuer leur consommation de bois de chauffe. Dans certaines des localités visées par l’initiative, notamment à Mutimbuzi, certaines femmes en véritables visionnaires et entrepreneuses, ont eu l’ingéniosité d’utiliser leurs nouvelles compétences en foyers améliorés pour offrir leurs services à la population, moyennant une compensation financière. D’autres offrent aux personnes la recharge de leurs téléphones cellulaires, moyennant paiement. Ces initiatives de quelques-unes a ainsi démontré l’engagement et la capacité des femmes à participer activement au développement local, à lutter contre le changement climatique et à créer des richesses au sein de leurs communautés.

« Ces résultats sont modestes mais cependant porteurs d’espoir et doivent nous encourager à faire plus confiance aux femmes, actrices à part entière du développement local et vivier immense de compétences pour le progrès social », a souligné Alfredo Teixeira. D’où son invitation à l’endroit de « l’ensemble des acteurs nationaux et locaux / actrices nationales et locales, à se joindre au PNUD pour appuyer davantage l’autonomisation des femmes et l’accès à l’énergie verte. Saisissant l’occasion, il a annoncé que « le PNUD va lancer très prochainement un plus grand projet du même type visant à doter 5000 femmes des provinces de Makamba, Rutana, Rumonge et Kirundo en systèmes similaires d’éclairage partagé ». Ce projet sera l’occasion de développer des partenariats avec les universités, le secteur privé, les autorités nationales et locales, ainsi que les groupements féminins dans des approches innovantes qui facilitent l’accès des populations à l’énergie solaire.

 

____________________________________________
[1] La mise en œuvre de ladite initiative a été confiée à l’ONG Word Vision, partenaire du PNUD

 

 

Icon of SDG 05 Icon of SDG 07 Icon of SDG 10 Icon of SDG 12 Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global