© Landry Gakuba / PNUD Burundi/ 2020 – Travaux en groupe des participants - staff du PNUD et partenaires – lors de la revue annuelle des projets de l’Unité DDCI

Par Gakuba Landry

 

Du 30 novembre au 04 décembre 2020, s’est tenue à Gitega, la Revue annuelle des projets et programmes constituant le pilier : « Développement Durable et Croissance Inclusive (DDCI) » du PNUD Burundi, en collaboration avec les partenaires de mise en œuvre et les représentants des bénéficiaires.  L’objectif était d’évaluer les réalisations faites en 2020 en rapport avec les résultats du Programme Pays 2019-2023 auxquels contribuent ces projets et programmes, d’identifier les bonnes pratiques et de partager les leçons apprises. Ainsi, les informations collectées pendant cette revue permettront de mieux orienter les actions de 2021 et d’élaborer une planification réaliste réalisable et orienter les futurs résultats.

L’Unité « Développement Durable et Croissance Inclusive » (UDDCI) est l’un des deux piliers d’intervention du PNUD au Burundi. A travers UDDCI, le PNUD met en œuvre des projets d’appui à la réintégration socio-économique, à la décentralisation, au développement économique local, à la réduction des risques de catastrophes et l’adaptation aux changements climatiques, à l’amélioration de l’accès à l’énergie solaire en faveur des personnes vulnérables, des femmes, des jeunes, des personnes âgées, des retournés, des déplacés internes, des peuples autochtones, ainsi que des communautés hôtes. Ils interviennent dans les provinces de Kirundo, Muyinga, Ruyigi, Cankuzo, Karusi, Rutana, Makamba, Rumonge, Bujumbura, Bujumbura Mairie, Bubanza et Cibitoke. Ces projets et programmes contribuent à la réalisation des 2 priorités du CPD 2019 - 2023 à savoir :

  • Développement des moyens de subsistance ruraux non-agricoles pour la croissance économique locale
  • Amélioration de la résilience au changement climatique et aux catastrophes

Dans son mot d’ouverture, Marie Ange Kigeme, cheffe de l’Unité DDCI, a invité toutes les parties prenantes à avoir « un temps d’échange en toute franchise ».  « On veut recevoir vos appréciations, vos observations et recommandations vis-à-vis des actions menées dans le cadre des projets au courant de l’année 2020 ; … voir avec vous les synergies potentielles à construire et à renforcer … ; et voir comment rendre plus efficace et efficiente notre étroite collaboration avec l’administration des différentes zones d’intervention pour mieux servir les populations. Tout cela pour tirer les leçons de l’exercice 2020 et ajuster la planification de 2021 », a souligné Madame Kigeme.

Parmi les réalisations majeures présentées lors de ladite Revue, on note :

  • L’octroi d’actifs financiers à 20 917 personnes, dont 11 173 femmes, 9 190 hommes, 69 Twa, 6 personnes déplacées, 358 rapatriés et 19 démobilisées, l’octroi d’actifs non-financiers à 5043 ; qui a permis aux bénéficiaires de mettre en place des activités génératrices de revenus ;
  • L’élaboration et la validation de 44 Plans communaux de développement communautaire (PDCD), prenant en compte le genre, les différentes vulnérabilités et les besoins spécifiques des groupes spécifiques ;
  • Le transfert monétaire à plus de 3 300 femmes leur permettant de commencer de petits commerces ou l’élevage de petits bétails ;
  • La constitution de 220 groupements d’épargne et crédits ;
  • La dotation aux plateformes de gestion des catastrophes en moyens roulants, matériel informatique qui a permis l’amélioration de leurs capacités technique et opérationnelle ;
  • L’élaboration des plans de contingence au niveau national et communal,
  • La mise en place d’un centre d’opération d’urgence ;
  • L’opérationnalisation du centre d’excellence en gestion des catastrophes,
  • La stabilisation des berges de la rivière Ntahangwa sur plus de 166 mètres et rétablissement de l’avenue Mukarakara et l’avenue Sanzu ;
  • Formation en prévision hydrométéorologique/Système d’Alerte Précoce (SAP),
  • Opérationnalisation du SAP au niveau communautaire ;
  • L’aménagement des zones tampon sur 60 Km sur les rivages des lacs ;
  • Développement des activités génératrices de revenus dans les zones tampon.

Selon Hatungimana Albert, Gouverneur de Kirundo, les projets menés dans sa province, répondent aux besoins des populations. « Des projets comme celui de la gestion communautaire de risques des catastrophes ont eu des résultats concrets. C’est ainsi par exemple qu’actuellement on voit une augmentation des produits de la pêche sur les lacs de la province », témoigne-t-il.

A l’issue des trois jours de travaux, Consolate Karuhiza, cheffe des services opérations au Fonds de Microcrédit rural, se dit satisfaite des échanges. Personnellement, confie-t-elle, « j’ai apprécié l’aspect inclusif de la revue. Durant les présentations des résultats, les échanges étaient ouverts et francs notamment par rapport aux indicateurs des résultats.  Ainsi, l’orientation de la planification des activités pour 2021 pourra répondre encore plus aux besoins des bénéficiaires ».

Par ailleurs, les participants et participantes ont recommandé au PNUD une meilleure cartographie de ses interventions et des autres partenaires dans les provinces pour plus d’efficacité et d’impact et l’alignement aux PCDC des communes. Aussi, de renforcer les capacités de suivi et de coordination des activités au niveau provincial pour une meilleure implication et appropriation des autorités territoriales dans la mise en œuvre des projets.

 

 

 

 

 

 

 

Icon of SDG 01 Icon of SDG 05 Icon of SDG 07 Icon of SDG 10 Icon of SDG 13 Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burundi 
Aller à PNUD Global